LA VIE EN PLUS JOLIE

Partir pour mieux revenir

Je me sens encore portée par ces quatre jours entre femmes.

Au delà du contenu riche et d’une grande qualité qu’offre la formation, il y a ce temps pour moi.

Lundi matin en allant à Lyon j’étais déjà en joie de m’échapper du quotidien. Ce quotidien que je chéris et que j’ai choisis mais qui, si je n’en sors pas, m’enferme et m’éteinds.

J’ai vécu quatre jours hors du temps, rythmé par la transmission, les partages et mes envies à moi.

Quatre jours sans préparer ni servir de repas, en déjeunant tantôt chez un bon italien, de sushis ou d’un bouddha bowl en suivant simplement mes envies.

Quatre jours sans faire tourner de machine, sans étendre- plier -ranger du linge. Quatre jours sans do-to list qui n’en finit pas, sans sols à laver, sans penser au frigo à remplir, sans répéter dix fois la même chose.

Quatre jours à écouter, à m’écouter à me sentir entendue et accueillie.

Je n’avais pas besoin de réponse, de conseil, j’avais juste besoin d’être moi, alignée dans mon authenticité.

Et puis quel sentiment de liberté d’avoir la possibilité de prolonger un peu, d’aller boire une bière en fin de journée et rentrer une fois les enfants endormis!

Ca parait peu mais pour moi qui vit tous les soirs de la semaine avec les enfants depuis sept ans (SEPT ANS!), être child free et en ville après 18h me permet de goûter la liberté que je chérissais dans ma vie d’avant.

Je ne regrette pas ma vie, j’aime profondément être mère, présente pour leur enfance. J’ai simplement besoin de reconnecter les sensations qui me font me sentir entière.

J’ai besoin d’espace, de temps rien qu’à moi, où je ne suis ni une mère, ni une femme de… J’ai besoin d’aller toucher mon essence, sentir que j’existe encore.

Quatre jours et plus encore…

Le moment de se dire au revoir n’a pas été simple. Qui a envie de sortir d’un espace sacré?

Au delà de ces quatre jours il y a un prolongement. Des mots qui résonnent encore, des échanges qui font tilt et des partages qui continuent et réactivent mon être profond.

Je me sens dans l’émergence et la renaissance à moi même.

A chaque enfant j’ai connu ce processus, et si j’ai vécu une vague de douceur et d’amour pendant la première année avec mon bébé, ma reconnexion personnelle n’est pas moins nécessaire et intense.

Le retour à la réalité demande un peu de temps. J’ai encore la tête et le coeur avec mes soeurs et c’est bon, cette énergie me porte.

Je reviens plus présente avec les miens que je ne l’ai été ces derniers mois parce que j’ai été avec moi sans interruption 😉

Cette expérience m’a donné envie de m’offrir un petit voyage, à la mer, seule. Avant d’être mère j’aimais tant voyager…

J’organise de beaux weekends pour notre couple. Là je sens que c’est pour moi que j’ai envie de le faire. Sans prétexte ni justification, la volonté de me faire plaisir, me mettre au centre, comme unique motivation. Me choisir un bel hôtel, prendre le train, regarder par la fenêtre et monter le son de ma playlist. L’imaginer me fait déjà vibrer!

J’ai envie de m’offrir un temps pour écrire, rassembler mes idées, prendre du recul, me baigner, rêver, ne rien faire, flâner, faire du shopping et prendre le temps d’essayer, vivre à mon rythme sans aucun compromis.

Et là je tombe sur cet article . Synchronicité parfaite !

LA VIE EN PLUS JOLIE

Mon rituel du bain

IMG_20170614_222713_069.jpg

Je préviens toute la famille, je ne suis plus là pour personne.

Je m’offre un moment cocooning.

Je fais couler l’eau, bien chaude.

J’allume une bougie.

Je choisis quelques pierres, une jaspe rouge, un cristal de roche, un quartz rose, que je pose sur le bord de la baignoire. J’ajoute un coquillage.

Pendant que l’eau coule, je vais cueillir une rose au jardin. J’hume son parfum.

Je ferme la porte à clé.

J’actionne la chaleur dans le porte serviette, pour avoir un drap de bain bien chaud quand je sortirai.

Je jette dans l’eau une bonne poignée de sels de bain maison à base de sel d’Epsom, de poudre de rose, de fleurs de Bach et de poudre de perlimpinpin.

Je me glisse dans l’eau chaude, je respire, je me détends.

Je bouquine un peu, je m’endors presque tant la relaxation est profonde.

Je m’offre un gommage au savon noir, j’insiste sur les pieds, ils ont besoin d’attention.

Je rince doucement, je me sens propre.

En moins d’une heure et sans sortir de chez moi je peux m’installer dans ma bulle de paix.

Les premières fois les enfants venaient tambouriner à la porte.

Maintenant ils savent que « maman prend un bain » signifie « tranquillité » et ils adressent toutes leurs demandes à leur père (qui lui aussi à assimilé!)

Je fais le vœu que ce petit rituel, que j’aime en particulier le dimanche, perdurera lorsqu’on sera cinq.

Parce que tout le monde y gagne 😉