LA VIE EN PLUS JOLIE

10 Petites choses #3

Que de belles rencontres et de jolies synchronicités.

Allez, zou 10 petites choses qui font chaud au coeur

20170205_115141.jpg

1/ Le sublime magazine Respire et le mimosa. Le duo parfait offert par mon amoureux.

20170204_172107

2/ Mon cadeau d’anniversaire honoré avec joie.

La petite balade au soleil couchant, le dîner en amoureux, la nuit et le petit dej juste lui et moi.

J’ai adoré ce cadeau d’anniversaire génial. Cerise sur le gâteau, ceux qui m’ont offert le coffret wonderbox, veillaient sur les enfants et nous ont invité à déjeuner le dimanche midi. Merci les amis!

20170207_124206.jpg

3/ Découvrir les grandes serres du parc et les camélias en fleurs.

20170128_150717

4/ La visite guidée et gratuite de l’opéra de Lyon. Un moment privilégié qui donne archi envie d’assister à une représentation.

5/A la sortie de l’opéra, après un moment pour revenir à la réalité , dans une toute autre ambiance,  je me suis laissée emporter par la joyeuse troupe « bouge tes pieds ». Des tambourins, des troubadours modernes, et beaucoup de bonne humeur.

6/ Mon amie V.  qui m’appelle pour proposer des places pour le match de rugby. Moi j’aime les fleurs, les balades, l’opéra, les sacs et les chaussures, je suis une femme dans toute sa splendeur. Mon mari, son truc c’est le rugby. Chacun ses joies et j’étais ravie pour lui.

20170129_205635

7/ Dimanche soir. Une fois les enfants couchés, dîner à deux d’un risotto à la truffe avec le Vosne Romanée qui va bien pour l’accompagner.

8/ Les inscriptions pour le centre aéré, pour les vacances de février. Et la dame qui me demande à quelle date y vont les enfants parce que les copains d’école ont envie de s’y inscrire en même temps.

9/ Ecrire, coller, découper, peindre.

10/ Les belles rencontres et la force de la sororité qui me touche si fort.

La gentillesse des femmes autour de moi. Une maîtresse d’une autre classe, qui fait des tresses de princesse à ma fille, une autre qui m’invite pour le thé m’ouvre sa maison, son cœur et me reçois comme une reine, alors qu’elle me connaît si peu, ou alors si bien déjà…

LA VIE EN PLUS JOLIE

Tout change

Une fois par an, nous faisons le point avec l’avocat très compétent, qui nous accompagne dans les formalités de notre société.

Cette année il n’était plus là, il a pris sa retraite.

Sa remplaçante est à l’écoute, simple, abordable, efficace, brillante.

On se comprend.

Elle nous parle à tous les deux et me regarde aussi. Ca veut peut être rien dire pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup.

Elle me demande ce que je fais en ce moment. Je dis que je suis dans une période où je ne travaille pas. Enfin c’est pas tout à fait ça…

Comment expliquer en deux mots tout ce que je fais de façon gratuite, pour kiffer mon quotidien, tout en offrant à mon mari la possibilité de mettre en valeur son talent, et cela en respectant notre équilibre familial ?

Je médite chaque matin pour l’amour et l’éclosion des meilleurs potentiels de l’humanité, je prends soin de moi,

je planifie les anniversaires, les weekends en amoureux (si on ne planifie pas on peut en reparler dans 6 mois)

je vois mes amies, je tisse du lien, je fais de nouvelles rencontres, je me régale,

j’apprends la botanique, j’écris, je lis

je me suis mise au tricot,

je confectionne des sels de bain et je les offre,

je m’occupe des enfants, les prépare chaque matin, les emmène et vais les chercher à l’école à 16h30 et 11h20 le mercredi,

Je prépare les repas, pense à racheter des chaussettes taille 27, veille à ce qu’il reste une bûche de bois en haut pour le matin au réveil, en même temps, puisque j’y suis, je remonte des bières, ça fera toujours plaisir. Mille autres détails logistiques internes invisibles (enfin visibles s’ils ne sont pas accomplis). Heureusement mon mec est tout aussi impliqué.

Je gère les papiers du restau (aucun client ne remarque que les salariés et fournisseurs sont payés sauf si on ne le fait pas puisque l’entreprise coulerait),

Je propose des idées, pour notre entreprise, je recommence autrement et plus tard quand il me dit non et que pourtant ça me semble juste. Je les explique tout en le laissant décider et s’approprier l’idée. Les idées germent et quand mon homme voit la pousse alors la lampe s’allume.

Je fabrique du bonheur pour chacun de mille et unes minuscules façons comme m’a grand mère et tant d’autres me l’ont appris par l’exemple vivant.

Je rêve aussi de mon monde parfait car c’est ainsi que je plante les graines de demain.

Je lui offre par ma présence du temps pour se reposer et du temps pour lui, car cela est essentiel et nourrissant.

Et j’ai accepté cela, le travail dans l’ombre, la vie d’une femme au foyer (ou chômeuse ?!), pleine de richesses, pour qui sait les voir (il m’a fallu du temps…) parce que ce sont toutes ces petites choses qui sont précieuses et qui font tenir le reste debout.

J’ai accepté d’œuvrer en faveur de l’amour, quitte à ne plus être « rentable » parce que cela nous apporte plus et que les avantages sont, pour nous tous, pour le moment supérieurs au simple salaire que je pourrais apporté.

J’accepte d’être ce que je suis et c’est tout , et enfin, enfin, considérer que c’est assez.

J’accepte que tout change et que c’est une période où j’apprends, je facilite la vie des autres et leur offre la possibilité de briller parce que c’est ce que je fais le mieux et ce qui me semble juste. Qu’ai je de mieux ou de plus important à faire qu’aimer?

J’ai appris à trouver une certaine autonomie et liberté dans cette vie là en voyant le beau, tout ce qu’il fait pour moi, pour nous, son implication dehors comme dedans.

Et j’ai découvert la force de la sororité, ce lien qui unit les femmes, ce lien fort, quand ça va pas fort, qu’on est lasse et fatiguée, on appelle une copine, on se confie, on vide le sac (mais bordel comment se fait il qu’il soit devenu si lourd?!), on pleure, on rit et ça repart le cœur léger!

Bref pour faire simple, on est pas chez l’avocat pour parler de ma vie, mais de celle de notre société (énorme le miroir quand j’y pense), je dis que je ne suis pas salariée pour le moment.

Elle me dit: ah vous vous occupez de vos enfants de quatre et cinq ans et ce n’est pas rien, surtout avec un mari cuisinier.

Si elle savait.

J’en avais presque les larmes aux yeux.

En fait elle savait…

J’ai dit merci.

Et je réalise que ne connais même pas son nom…

20160713_071754.jpg