LA VIE EN PLUS JOLIE

A notre rythme

Cette année je m’occupe du tout petit à plein temps et des trois enfants en solo le mercredi, cinq soirs par semaine et une demi journée le weekend.

Le mercredi ou le weekend nous bricolons, créons, cuisinons ensemble avec les enfants.

Les grands font une activité sportive chacun, ça me semble suffisant. En tous cas côté logistique il est important que ça reste simple à gérer.

Il est essentiel pour nous de garder des plages libres, pour être ensemble, jouer, ou ne rien prévoir de spécial aussi.

Je préfère un planning pas trop chargé qui offre une certaine souplesse, permet de faire face au imprévus et laisse place à la spontanéité et aux envies du moment.

En parallèle de cette aspect flexible de notre organisation, nous avons posé un cadre, qui est nécessaire, structurant et rassurant pour les enfants qui ont besoin de repères et qui apprécient une certaine routine.

Le cadre favorise aussi l’autonomie, indispensable au quotidien. Les enfants aiment faire seuls, le cadre avec les règles de vie leur en offre les moyens.

Quand je lâche un peu trop, je sens vite que c’est plus compliqué et je me sens plus vite submergée par le quotidien…

Donc le cadre c’est notre base, notre socle et à partir de là, lorsque les règles de vie sont respectées nous avons davantage de temps à consacrer aux activités qui nous plaisent et nous relient.

Je jardine, je cuisine, je lis, je suis présente pour mes trois enfants, j’allaite mon petit dernier, je vois des amies, je crée, j’écris, j’organise, je range.

J’ai besoin de cette diversité pour trouver mon équilibre.

Et de silence aussi.

Je ressens l’invitation automnale à ralentir, faire le tri, me recentrer sur ce qui me fait vibrer, faire le lien entre les différentes activités du quotidien.

Je lis moins de blogs et j’ai besoin de prendre de la distance par rapport aux réseaux sociaux, de rester dans ce qui est juste pour moi.

Cette pause professionnelle m’offre la possibilité de vivre à un rythme doux et j’ai envie de ralentir encore un peu, avant de mettre en action de nouvelles activités en 2019.

Je m’interroge de plus en plus sur notre façon de consommer et j’améliore à petits pas ce qui peut l’être, sans en faire un objectif irréaliste qui nous mettrait la pression.

Passer davantage à créer (et moins à acheter) est gratifiant.

Vivre à notre rythme, qui se synchronise à celui de la nature, est un luxe précieux qui vaut bien des gadgets et des artifices encombrants.

Le congé parental m’invite à penser d’avantage aux dépenses nécessaires, à privilégier encore plus la qualité, le durable tout en mettant le plaisir au cœur de nos choix.

Quand on choisit avec son cœur, il naît du bonheur.

20170603_182705.jpg

ETATS D'ESPRIT DU LUNDI

Etats d’esprit du lundi #12

Jour: Lundi 14 Mai 2018 – heure 14h14 Veille de nouvelle lune

Fatigue: plutôt bien gérée

Humeur: bonne, après un petit coup de mou, je me sens reliée à ceux que j’aime, ça me booste

Condition physique: j’apprivoise mon corps deux mois après la naissance de mon troisième enfant. C’est une phase un peu délicate. Je me masse chaque jour, je marche, je prends des bains dès que possible et m’offre de la douceur.

Food: saumon et avocat

Culture: pas trop le temps de lire… Happinez et pile de lecture en attente.

Love: en mode Wonder dad

Amitiés: après une naissance on est un peu « hors du temps ». Je vois quand même mes amies, on se soutient mutuellement

Kids: j’accompagne les grands sur le chemin de l’autonomie et de la participation aux tâches du quotidien. Nous passons aussi du temps à créer, dessiner, coller. Le tout petit a encore besoin de beaucoup de proximité parentale. Il nous offre des sourires et des périodes d’éveil calme de + en + fréquente.

Courses: le marché pour le frais et le drive pour le fond de base commandé ce matin

Sortie: Une belle journée de balade en amoureux avec notre petit troiz et un dej avec mon amie espagnole

Envies: plein! De lavande au jardin, d’un weekend à Annecy ou même Aix les bains avec mon amoureux, de rentrer dans mes jeans (patience), de revoir Amsterdam, de prendre le train seule en écoutant une bonne playlist et laissant défiler le paysage (pas au programme), d’aller à Bali (improbable pour l’instant mais un jour viendra), de me vernir les ongles (on y croit!), lire un bouquin en deux jours, manger sain sans avoir à préparer quoi que ce soit (on peut rêver?), de silence, de leurs rires mêlé au mien, d’aller chez le coiffeur et m’offrir une belle coupe (bientôt dès que le tout petit aura un rythme un peu plus calé), de danser, de me coucher avec insouciance après 23h, qu’on me répète combien je suis merveilleuse et précieuse, d’arrêter de leur dire de ranger leur chambre, de laisser sortir les émotions enfouies!

Zic: Nessi Gomes ce morceau en boucle

Retrouvez les états d’esprit du vendredi chez Zenopia et Postman dont je me suis librement inspirée

20180419_122000

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10 PETITES CHOSES

10 Petites choses #10

Hop hop hop c’est parti: 10 choses qui font pétiller le quotidien

1/ Consigner encore et encore, chaque jour depuis janvier mes moments merveilleux, ceux qui rendent la vie jolie, comme le fait Camille. Ce prend deux minutes chaque soir et j’aime beaucoup les relire à la fin du mois et me prendre un bon shoot de gratitude.

2/ L’allaitement facile, évident, et ce lien lacté si doux

3/ Les violettes qui bordent la terrasse, les primevères à foison et les tulipes.

4/ Les moments passés avec ma mère à la maison avant et après la naissance du tout petit. Sa présence réconfortante et son aide précieuse pour notre famille désormais nombreuse.

5/ Avoir peu de temps pour moi mais du temps pour méditer chaque matin

6/ Manger exotique: un plat balinais, un byriani, une commande chez l’excellent chinois en bas de chez nous.

7/ Débuter le livre de Camille Sfez. Un bijou!

8/ Me balader à nouveau, renouer doucement avec mon corps

9/ Un mercredi entier en mode slow life avec les enfants

10/ Les lys blancs reçus pour Pâques qui embaument divinement la maison.

20180411_115934.jpg

 

LA VIE EN PLUS JOLIE

Les états d’esprit du lundi #7

20170324_094314.jpg

Jour: Lundi 5 mars 2018 – heure: 10h10

Humeur: plutôt bonne

Condition physique: baleinesque

Esprit: Gratitude power

Food: des fruits, des fruits, des fruits

Culture: blogs, Happinez et Flow

Amitiés: de beaux projets qui se dessinent pour mes amies, j’aime!

Love: égal à lui même

Sorties: Un bon restau en amoureux samedi soir

Envies: d’accoucher. Il est temps, là. Envie de printemps aussi.

Kids: Jolie douceur fait des mini concerts sur mon ventre et Grand bonheur est plein d’amour et nous le dit

Courses: Des roses pour la fête des grands mères

Zic: Eivor Palsdottir

Retrouvez les états d’esprit du vendredi chez Zenopia et Postman dont je me suis librement inspirée

LA VIE EN PLUS JOLIE, maternité

Aimer maintenant

Il est si facile de passer à côté du bonheur.

De penser que ce sera mieux après.

Quand le petit sera né, quand il fera ses nuits, quand il marchera.

Ou simplement tout à l’heure quand ils dormiront, quand la maison sera rangée.

Ou quand on sera en weekend ou en vacances. Ou finalement à la rentrée…

A courir après le bonheur il nous échappe toujours un peu.

On espère qu’après sera parfait, ou se rapprochant davantage de l’idée qu’on s’en fait. Et cela créé une exigence, une pression qui fait qu’on est souvent un peu déçu…

J’apprends à aimer maintenant.  A aimer tout le temps.

J’apprends à aimer tout ce linge à plier, signe que la maison est pleine de nous. Un jour il y en aura moins, il y aura d’autres joies, d’autres bonheurs, et l’enfance aura filé.

J’aime les retours d’école, les goûters tous les quatre sur la petite table de la cuisine. La partie de Uno ou de dobble qui vient après.

Bien sûr il y a tant à faire mais c’est si bon d’arrêter le temps, pour quelques parties. Ces moments tous les quatre sont si précieux, le reste peut attendre…

J’aime les mamaaaaaans, parfois les demandes me semblent incessantes et j’ai envie d’être tranquille, dans ma bulle de silence. Tant pis, j’aime, j’aime, j’aime ces moments, leur présence.

J’aime cet hiver en gestation, être enceinte une dernière fois et vivre les journées en mode slow, au rythme de la saison, des grass’ mat’, du cocooning, des infusions, du repos, de la sérénité.

Je pense à l’après. Je m’en réjouis, sans avoir envie ni de retenir le temps, ni de le précipiter, juste aimer là maintenant tout de suite, ce qui se présente.

J’apprends à désirer moins, à apprécier plus ce que la vie m’offre, à me laisser porter par le flow de l’instant présent.

DSC_1925