MAISON DU BONHEUR

Home Sweet home

La réflexion a été longue. Je voulais déménager, j’avais besoin de plus d’espace.

Il voulait rester à Lyon, c’était pratique.

Comme toujours, avec un peu de temps, l’idée a germé.

Il voulait déménager.

J’étais prête à rester, je voyais à nouveau la chance qu’on avait de vivre à Lyon.

Je ne ressentais plus le besoin de fuir, de partir et de tout recommencer.

Et puis, la vie est drôle et le proprio met l’appartement en vente.

Acheter et faire des travaux ou déménager?

Pas encore prêts à acheter (par peur parce que dans ce quartier et à ce prix on pouvait faire une belle plus value)

Ok pour déménager.

Appart dans le quartier ou maison à l’extérieur de Lyon?

Il faut compter le même budget, c’est donc une histoire de choix.

On s’est décidé et on a listé nos critères.

Un espace extérieur pour prendre le petit dej, cultiver nos aromatiques, quelques légumes et des fleurs.

Une maison lumineuse, prête à être habitée, au calme, avec une vue dégagée, une chambre pour chacun, une grande pièce à vivre où l’on peut recevoir les copains, une baignoire et une fenêtre dans la salle de bain, des rangements.

Une école à proximité pour y aller à pieds, 10km maxi de Lyon…Avec un garage a-t-il ajouté..

Idéalement un bbq, une cheminée pour la chaleur du foyer, une piscine pour se rafraîchir l’été. Et une gare dans les environs.

Si vraiment tout est possible, il ajoute près d’une rivière et moi près d’un bois.

On se fixe un budget.

J’appelle le proprio, je lui dit qu’on est décidé, nous n’achèterons pas l’appart, nous partons pour une maison.

Il me dit j’en ai une à louer. A dix km de Lyon et que c’est marrant tient il y est, on peut visiter l’après midi même.

Il y va. Elle lui plait, il me montre des photos.

Elle remplit tous nos critères. TOUS.

A l’intérieur de moi, tous les feux sont verts, je sais déjà qu’il s’agit de celle là.

J’appelle mes employeurs, je leur dit qu’il va falloir trouver quelqu’un d’autre et que je ferais mon possible pour les aider.

Justement j’ai une amie et collègue qui est dispo à la date souhaitée. Je sais que je peux partir sereine, sans rien fuir, partir juste pour le plaisir.

Avant les vacances je poste la dédit en ayant l’impression de sauter dans le vide.

Le proprio donne son accord pour la location et nous remet les clés.

Le lendemain je vois enfin la maison, elle me plait tout de suite.

A notre retour d’Italie on boucle les cartons en une semaine, on met une couche de peinture blanche dans les chambres.

On emménage sous une pluie battante, un samedi d’été.

Une semaine après on signe le bail.

Karma? Hasard? Rien ne s’est fait dans l’ordre logique et pourtant tout est parfait.

Depuis je me réjouis chaque matin d’ouvrir les volets, d’observer le soleil pointer et les rouges gorges et les mésanges venir picorer.

Ici, je me sens chez moi et pour la première fois de ma vie, j’ai l’envie d’acheter et de rester. Parce que c’est notre maison.

Je fais le vœu qu’elle soit à nous sur le papier à la fin de l’année 2017, pour l’organisation je fais confiance à la vie!

20161215_075546.jpg

LA VIE EN PLUS JOLIE

Changement de décor

img_20160907_084651

Après l’Italie, nous sommes rentrés à Lyon préparer le déménagement en une semaine chrono.

Se mettre au vert, comme on en rêvait.

Nous sommes à quelques kilomètres et pourtant dans une autre réalité avec un milliard de petits détails différents.

Le réveil qui sonne (les enfants dorment plus tard), le ptit déj sur la terrasse, les volets en bois que j’adore ouvrir le matin, la petite laine qu’on enfile quand la discussion se prolonge après la tombée de la nuit. Les deux limaces qui sortent chaque soir sur la terrasse (gloups!), le chien qui aboie sur le chemin pour aller à l’école, les petits bouquets vite fait avant de rentrer, le dernier tour de trottinette après le dîner, la poubelle qui est collectée une fois par semaine, les trois roses qui s’ouvrent, les conversations autour de l’entretien des haies (on découvre!) et la recherche d’outils sur le boncoin. La possibilité de sortir en ouvrant simplement la porte (il faut avoir été citadin pour apprécier autant!)

Bref, il reste quelques cartons à déballer, l’espace extérieur à aménager, des tables de nuit à chiner, un meuble de rangement pour les jouets Jolie douceur à trouver (ou fabriquer?), un lave vaisselle à acheter. Mais depuis le premier jour, on est bien.

On a vite inauguré le bbq, bu des apéros, dîner en amoureux d’un plat de spaghetti aglio Oglio pepperoncino en kiffant ces moments simples.

On ri beaucoup et on râle un peu, la vie.

Les enfants ont fait leur rentrée grande section pour Grand bonheur; petite section pour Jolie douceur.

Je prends le temps de prendre le temps, on a passé deux semaines sans internet, une semaine sans relever le courrier et on s’est rendu compte que la vie continue.