LA VIE EN PLUS JOLIE

10 petites choses #12

20181112_075823.jpg

Dix petites choses qui rendent la vie jolie

1/ Trois jours à Toulon, avec une amie et mon bébé. Rencontrer Amma

2/ les traditionnelles citrouilles d’halloween que les enfants préparent avec leur papa

3/ m’enrouler dans mon étole si douce à la moindre occasion

4/ me lever pile en même temps que le soleil

5/ préparer 2019 qui s’annonce pleine de beaux projets

6/ la délicieuse cuisine de resto-michto découverte à Lyon. Une rémunération basée sur le Don bienveillant, j’adore!

7/ préparer un bel anniversaire pour les sept ans de Grand bonheur.

8/ la fin de mon défi des 100 jours, le défi Magie.

9/ mon cache coeur Antoine et Lili et sa couleur bleu pétrole qui me fait waouh

10/ les matins calins collés serrés tous les cinq avant de démarrer la journée. Ce moment remplit chacun de nous.

 

LA VIE EN PLUS JOLIE

Le bilan du défi magie

 

En juin j’ai commencé mon défi des 100 jours, le défi magie.

Aujourd’hui c’est mon jour 100, l’heure du bilan.

J’ai réalisé ce défi sur plus de trois mois, avec une pause estivale et quelques jours off. C’est ok!

Il s’est passé de très belles choses pendant cette période:

J’ai géré seule mes trois enfants une partie du mois de juillet et nous en gardons un bon souvenir 😉

Nous sommes souvent allés au bord de la rivière en famille. Je m’y suis baignée nue au milieu des libellules, le kiff!

J’ai vu ma petite sœur cet été. Elle vit en Autriche et notre dernière rencontre datait d’il y a six ans.

Nos moments passés ensemble ont été extraordinaires, simples, beaux, fluides. La rencontre avec les enfants a été magnifique et leur lien immédiat, bien qu’ils ne parlent pas la même langue, ou plutôt si, celle du coeur.

Nous avons passé un bel été à Noirmoutier dans un endroit sublime et magique puis en Bretagne.

En Bretagne, avec ma maman, j’ai choisi de beaux œufs de Yoni pour le Cercle de Femmes/Atelier que je vais co-animer en décembre à Lyon . Il y avait un ange en cristal glissé dans la boîte dans laquelle je les ai rangé.

La rentrée a été douce, Grand bonheur a sauté une classe et s’est super bien intégré et Jolie douceur s’épanouit dans une classe à double niveau où elle prend ses responsabilités de grande très à cœur.

Elle s’est mise à ranger d’elle même à la maison. Si ça ce n’est pas un miracle!

J’ai reçu de beaux cadeaux. Une plume de cygne. Des cristaux sublimes qui sont venus compléter le Bâton de parole réalisé avec les enfants. Mon homme m’a offert un bois de cerf trouvé dans les bois, magique!

Côté jardin: après un an sans mettre les mains dans la terre (avec la grossesse ce n’était pas le moment) j’ai nettoyé différents espaces, semé fleurs et légumes puis récolté.

Nous avons utilisé le purin d’ortie et joué du bol tibétain à nos tomates!

Le buisson de sauge a pris de l’ampleur! Nous avons mangé nos premiers haricots frais, un délice. J’ai commencé l’inspirante lecture des Jardins de Findhorn.

J’ai été au parc de la Tête d’Or très souvent avec mon Petit Morceau.

J’ai eu une super semaine d’anniversaire et j’ai aimé être célébrée, recevoir plein de belles attentions.

Ce weekend je pars à Toulon rencontrer Amma pour la première fois.

En janvier je débute une formation de doula et je propose de transmettre l’Enseignement des Gardiennes des 13 lunes. Après le défi Magie, le défi Mission de vie 😉

Et puis surtout, je nourris mes valeurs, je suis présente pour ma famille, mes trois merveilleux enfants, il y a beaucoup de douceur dans mon couple. Je suis entourée de belles âmes.

Au cours de mon défi voici mes pratiques quotidiennes:

  • reiki
  • Un Cours En Miracles
  • méditation
  • gratitude: chaque jour je note ce que j’ai aimé
  • oracle
  • connexion avec la nature
  • intention de vivre mon meilleur potentiel
  • créativité: photos, rituels, collages etc
  • 20181020_152734.jpg
maternité

Se préparer à la naissance

Pour ma troisième grossesse j’ai très vite ralenti la cadence, mis ma vie dynamique en pause bébé, pour vivre l’aventure à fond.

Je n’avais pas envie d’une préparation à la naissance classique et technique.

Je ne souhaitais pas m’imposer des RDV supplémentaires, la quotidien étant déjà assez rempli avec le suivi de grossesse, deux enfants de 4ans 1/2 et 6 ans et un mari qui travaille beaucoup et tous les soirs en semaine.

J’avais surtout besoin de repos et l’envie très forte d’être dans ma bulle.

J’avais déjà une idée de ce que c’est d’accoucher même si biensur c’est une expérience unique à chaque fois.

Je me suis concoctée une préparation sur mesure, avec plein d’outils bien être (pour le bien naître de mon bébé!)

  • des lectures inspirantes (je ferai un billet récapitulatif),
  • une playlist,
  • des méditations quotidiennes,
  • un peu de marche à mon rythme,
  • des rituels,
  • une vie sociale modulée selon mon énergie du moment
  • des vidéos,
  • de l’homéopathie,
  • des huiles essentielles adaptées,
  • une alimentation saine,
  • de la spiruline,
  • des plantes,
  • de longs bains quasi quotidiens
  • de l’écriture
  • de la créativité: dessins, collages, peinture etc.

Et j’ai beaucoup, beaucoup, dormi parce que mon corps me le réclamait.

Les enfants ont participé d’avantage aux tâches du quotidien.

Mettre le couvert, débarrasser la table, remplir et vider le lave vaisselle, aller chercher le courrier en bas du chemin sont des choses qu’ils peuvent faire et ils aiment avoir des « missions » qui développent leur autonomie et leur sens des responsabilités.

Ils sont allés au centre de loisirs pendant les vacances, même si j’étais à la maison.

Une aide ménagère est venue à la maison 1 fois par semaine pour le dernier trimestre et trois mois après la naissance du bébé. C’est assez étrange d’avoir quelqu’un qui fait le ménage quand on est chez soi, mais si on ne se l’accorde pas dans ces moments là, alors on se l’autorise quand?!

Nous avons l’habitude de cuisiner et nous aimons ça alors j’avais prévu un stock de plats que j’ai congelé : des lasagnes, quiches, plats mijotés, lentilles etc.

C’est le truc classique, qui aide vraiment les premières semaines après la naissance, surtout si le bébé nait en automne, hiver ou au début du printemps, les plats réconfortants sont super appréciés.

Je participais à un cercle de femmes mensuel dans le cadre des Gardiennes des 13 lunes. Je me suis sentie entourée et soutenue par le groupe et l’enseignement.

J’ai eu un ou deux coup de blues très passager, dans l’ensemble j’étais sereine, détendue, paisible, confiante.

Je n’ai pas particulièrement côtoyé de femmes enceintes. J’avais autour de moi, des parents de familles nombreuses épanouis et c’était très rassurant!

J’ai rédigé un projet de naissance et régulièrement visualisé comment serait pour la naissance idéale le dernier mois de grossesse.

Je me suis beaucoup préparée au post natal. Car une fois que le bébé est là, et d’autant plus quand on a trois enfants en bas âge, il est difficile de réfléchir à cela si on ne l’a pas fait en amont. Le rituel des 40 jours est fantastique mais si on veut le mettre en place (ou s’en approcher), ça s’organise avant l’arrivée du bébé.

J’ai impliqué les enfants, nous avons parlé du trousseau à préparer, de la naissance, de ce qui se passerait pour eux pendant que je serai à la maternité, de leur visite, de notre retour à la maison, de ce qu’ils pourraient faire pour participer et de comment serait la vie à cinq avec le bébé (non les premiers temps les bébés ne jouent pas, mais tu peux chanter une berceuse)

Si je ne suis pas de celles qui adorent être enceinte, j’ai aimé vivre une grossesse heureuse, dans l’accueil de la vie, de ses inconforts, de façon plus posée et consciente que ce que j’avais vécu précédemment.

J’ai aimé m’auto-accompagner dans cette étape sacrée et l’arrivée de ce troisième enfant a mis en évidence l’envie d’accompagner à mon tour en tant que doula.

20180323_104911.jpg

 

maternité

Reconnexion

20180821_155421.jpg

Le lien d’attachement s’est instauré très vite et très fort avec le Petit morceau.

Les temps de repos pendant la grossesse, les bains, les méditations de cœur à cœur, la naissance rapide et indolore, le babymoon qui a suivi y ont sans doute contribué.

Les journées (et parfois les nuits) collés serrés, l’allaitement et le cododo qui se sont imposés, comme une évidence, ont rendu les débuts de notre relation faciles, fluides.

Le Petit morceau m’offre l’expérience de la maternité apaisée.

Je suis heureuse d’être à ma juste place, à une place si privilégiée, aux premières loges.

Je ne nie pas la difficulté, j’y étais préparée.

Et quand je me sens submergée par l’ampleur de la tâche (je suis mère de famille nombreuse maintenant!) je sais que j’ai besoin d’une sieste 😉

Le Petit morceau grandit et il a maintenant six mois et demi.

Je l’allaite encore mais plus de façon exclusive. Nous avons introduit des aliments solides et un biberon chaque jour.

Avant la rentrée j’ai ressenti ce besoin très fort, vital, de me retrouver, moi. Mon corps rien que pour moi, ma vie, ma vie de femme.

J’ai expliqué et préparer le terrain, avec toute la famille.

Je m’offrais des moments de repos et de reconnexion à la maison, mais j’ai soudain eu envie d’aller à l’extérieur.

De retrouver mes copines, des activités à moi, en + de ce qu’on partage ensemble à deux, à trois, quatre ou cinq.

Cet été j’ai fait des petites balades, seule sur la plage en écoutant le silence et le bruit des vagues.

Dimanche je me suis fait ma première toile post natal.

Je me suis sentie libre et en même temps, il y a un côté étrange, inhabituel, les premières fois, lorsque je me retrouve sans mon bébé.

Je l’avais ressenti aussi avec mes aînés.

Cette étape aussi intime qu’universelle, fait partie des phases post natal et demande d’être accueillie par la famille.

Je n’avais pas envie de précipiter les choses, je savais que ça viendrait au moment opportun.

Je suis revenue rayonnante de joie, avec l’envie profonde d’être avec eux. Mon homme et mes enfants.

S’éloigner quelques heures permet parfois de retrouver l’élan, la fraîcheur et la gratitude pour ce qui peut devenir banal, acté, ordinaire.

Ces quelques heures sont un cadeau pour moi dont ils bénéficient.

Nos moments ensemble, leur enfance, est un temps sacré dont je ne me lasse pas.

Certaines situations demandent d’explorer mes ressources personnelles et de trouver des solutions nouvelles et créatives.

J’ai besoin parfois d’être seule (sans eux) pour prendre du recul et revenir avec une belle qualité de Présence.

J’ai quelques rendez vous notés sur le calendrier familial. Pas tant que ça.

Cette fois, le simple fait de savoir que j’ai le choix, que cela est possible, suffit pour que je me sente libre.

maternité

Le quatrième trimestre – en douceur

Mon bébé peau à peau, mon bébé bras, mon bébé kangourou a un grand besoin de notre présence corporelle.

On pratique le maternage (ou paternage?!) proximal comme disent les initiés.

Lorsqu’il est lové contre moi et je sens son souffle chaud, son corps apaisé s’alourdir dans le manduca. J’aime ses moments là et je suis heureuse de les vivre à nouveau, avec lui.

J’aimerai disposer plus souvent de mon corps pour moi seule avoir davantage de temps pour bouquiner, créer et pour rêver, pour être seule avec mon amoureux et plus disponible pour mes « grands ».

Parfois il dort dans son berceau et on s’extasie, parce qu’il est si beau et si paisible.

Parfois il a besoin d’être contre mon cœur et je fais tout ce qui peut se faire avec lui près de moi.

La grossesse est un état de fusion alors j’accepte avec patience cette étape de transition de défusion progressive.

Les premiers mois avec un nouveau né s’apparentent à un quatrième trimestre, où tant de choses s’ajustent: la forme de mon corps, l’allaitement, les journées calées sur son rythme (et sur celui de l’école) etc

Avec un troisième enfant, on avait une idée de ce que représente le quotidien avec un nourrisson, alors que pour notre premier enfant le choc a été violent (alors c’est CA être parent?! Pourquoi personne ne m’a rien dit?!).

Finalement je trouve plus facile d’être mère d’une famille nombreuse. Je n’aurais jamais imaginé écrire cela un jour!

Même si ses besoins sont intenses la journée et que materner me demande de déployer de l’énergie, je le vis bien, car les mythes de la parentalité se sont écroulés il y a six ans. D’ailleurs c’est plutôt avec les ainés que c’est sport certains jours!

J’accepte l’ambivalence de la maternité, la logistique, les drive récurrents, les machines quotidiennes, les soirées en solo cinq soirs par semaine.

Je connais l’impermanence et je sais qu’un jour il s’endormira, seul, pour de longues siestes (la nuit il dort bien, alléluia!) alors en attendant j’accompagne, je porte, je berce, je chante autant que nécessaire.

J’aime ces moments et je me sens à ma juste place.

Je me sens forte et sereine. J’étais suffisamment préparée, pour savourer la présence de notre petit morceau comme l’appelle son père.

Je fais de mon mieux, chaque jour et c’est suffisant. Pas parfait mais suffisant. Je suis là, je donne de moi, je ne me compare surtout pas.

On parle beaucoup de la préparation à la naissance et si peu de l’après, comme si après tout allait être simple, évident, fluide. Les réseaux sociaux renvoient cette image de perfection, la société invite à la performance.

Dans la réalité, c’est tout un équilibre à recréer, en acceptant que cela prenne un peu de temps.

C’est du taf et du kif un bébé venu agrandir la famille, quand on accueille un jour après l’autre avec souplesse, adaptation et lenteur, pour plonger dans les profondeurs de la plus extra-ordinaire et authentique des aventures humaines.

20180516_090027.jpg

ETATS D'ESPRIT DU LUNDI

Les états d’esprit du lundi #11

Jour: Lundi 23 avril 2018- Heure 16h37

Fatigue: commence à s’installer

Humeur/ Etat d’esprit: en dents de scie, variable en fonction des heures de sommeil

Condition physique: je débute ma remise en forme post natale

Food: pain et fromage (oui ça paradoxale avec le point précédent, mais cohérent avec l’humeur du jour)

Culture: Respire magazine, quelques pages lues par çi par là

Love: bientôt en vacances, ouf

Amitiés: les appels qui arrivent à point nommé pour papoter du profond et du futile, de la vie quoi. Ca booste et aide à garder en mémoire la chance qu’on a de vivre tous ces jolis moments en famille au quotidien

Kids: ont passé leur temps à jouer dehors et sont ravis d’avoir ressorti short, robes, casquettes et chapeau. Le tout petit dort se plaît dans le manduca ou en balade (et dort la nuit, ouf!)

Courses: A faire!

Sorties: plusieurs sorties à Lyon j’ai adoré retrouvé mon bien aimé parc de la tête d’or et je me suis régalée de sushis.

Envie: de porter une jupe longue et fluide en coton et dentelle et d’une robe brodée de type mexicaine, de faire mille petites choses, de passer du temps avec mon amoureux, de faire la sieste l’après midi

Zic: Fools garden à la radio ce matin

Retrouvez les états d’esprit du vendredi chez Zenopia et Postman dont je me suis librement inspirée

20180419_140145

 

10 PETITES CHOSES

10 Petites choses #10

Hop hop hop c’est parti: 10 choses qui font pétiller le quotidien

1/ Consigner encore et encore, chaque jour depuis janvier mes moments merveilleux, ceux qui rendent la vie jolie, comme le fait Camille. Ce prend deux minutes chaque soir et j’aime beaucoup les relire à la fin du mois et me prendre un bon shoot de gratitude.

2/ L’allaitement facile, évident, et ce lien lacté si doux

3/ Les violettes qui bordent la terrasse, les primevères à foison et les tulipes.

4/ Les moments passés avec ma mère à la maison avant et après la naissance du tout petit. Sa présence réconfortante et son aide précieuse pour notre famille désormais nombreuse.

5/ Avoir peu de temps pour moi mais du temps pour méditer chaque matin

6/ Manger exotique: un plat balinais, un byriani, une commande chez l’excellent chinois en bas de chez nous.

7/ Débuter le livre de Camille Sfez. Un bijou!

8/ Me balader à nouveau, renouer doucement avec mon corps

9/ Un mercredi entier en mode slow life avec les enfants

10/ Les lys blancs reçus pour Pâques qui embaument divinement la maison.

20180411_115934.jpg

 

maternité

Et puis toi

L’obstétricien avait évoqué un déclenchement.

Et puis il a dit que la naissance aurait lieu probablement après terme.

Trois jours plus tard, rien de tout ça!

Et puis toi, baby boy, décidé à naître facilement, au moment parfait, une nuit de mars.

Et puis toi, serein, avec ta force tranquille et tes yeux grands ouverts sur le monde, tes joues à bisous et nos bras pour t’accueillir.

Il a eu une multitude d’arc en ciel cette journée là. C’est un joli présage pour une nouvelle vie.

Voilà la fin de l’hiver, la fin de la gestation et l’éclosion, le soleil dehors et dans nos cœurs..

Le jardin se pare chaque jour de nouvelles fleurs depuis notre retour à la maison.

Ton frère si doux et ta sœur si fière.

L’amour est démultiplié quand on est toute une famille à s’aimer.

20180308_113126.jpg

 

 

 

LA VIE EN PLUS JOLIE

Les états d’esprit du lundi #7

20170324_094314.jpg

Jour: Lundi 5 mars 2018 – heure: 10h10

Humeur: plutôt bonne

Condition physique: baleinesque

Esprit: Gratitude power

Food: des fruits, des fruits, des fruits

Culture: blogs, Happinez et Flow

Amitiés: de beaux projets qui se dessinent pour mes amies, j’aime!

Love: égal à lui même

Sorties: Un bon restau en amoureux samedi soir

Envies: d’accoucher. Il est temps, là. Envie de printemps aussi.

Kids: Jolie douceur fait des mini concerts sur mon ventre et Grand bonheur est plein d’amour et nous le dit

Courses: Des roses pour la fête des grands mères

Zic: Eivor Palsdottir

Retrouvez les états d’esprit du vendredi chez Zenopia et Postman dont je me suis librement inspirée

ETATS D'ESPRIT DU LUNDI

Les états d’esprit du lundi #6

20170207_131215.jpg

Jour: Lundi 26 février 2018 – heure 22h44

Humeur: Stable

Etat d’esprit: Prête pour la naissance

Condition physique: repos repos, je savoure mes derniers jours enceinte

Food: Byriani d’agneau, merci maman!

Culture: Phantom Thread en VO

Amitiés: au top.

Love: m’offre des fleurs, me masse, est à l’affut!

Sorties: derniers jours d’hibernation, tout à fait adaptés vu les températures

Envies: de silence, d’une session d’acupuncture

Kids: Jolie douceur a eu cinq ans. On sent que la naissance travaille Grand bonheur

Courses: besoin de rien

Zic: Gus Teja

Retrouvez les états d’esprit du vendredi chez Zenopia et Postman dont je me suis librement inspirée