maternité

Reconnexion

20180821_155421.jpg

Le lien d’attachement s’est instauré très vite et très fort avec le Petit morceau.

Les temps de repos pendant la grossesse, les bains, les méditations de cœur à cœur, la naissance rapide et indolore, le babymoon qui a suivi y ont sans doute contribué.

Les journées (et parfois les nuits) collés serrés, l’allaitement et le cododo qui se sont imposés, comme une évidence, ont rendu les débuts de notre relation faciles, fluides.

Le Petit morceau m’offre l’expérience de la maternité apaisée.

Je suis heureuse d’être à ma juste place, à une place si privilégiée, aux premières loges.

Je ne nie pas la difficulté, j’y étais préparée.

Et quand je me sens submergée par l’ampleur de la tâche (je suis mère de famille nombreuse maintenant!) je sais que j’ai besoin d’une sieste 😉

Le Petit morceau grandit et il a maintenant six mois et demi.

Je l’allaite encore mais plus de façon exclusive. Nous avons introduit des aliments solides et un biberon chaque jour.

Avant la rentrée j’ai ressenti ce besoin très fort, vital, de me retrouver, moi. Mon corps rien que pour moi, ma vie, ma vie de femme.

J’ai expliqué et préparer le terrain, avec toute la famille.

Je m’offrais des moments de repos et de reconnexion à la maison, mais j’ai soudain eu envie d’aller à l’extérieur.

De retrouver mes copines, des activités à moi, en + de ce qu’on partage ensemble à deux, à trois, quatre ou cinq.

Cet été j’ai fait des petites balades, seule sur la plage en écoutant le silence et le bruit des vagues.

Dimanche je me suis fait ma première toile post natal.

Je me suis sentie libre et en même temps, il y a un côté étrange, inhabituel, les premières fois, lorsque je me retrouve sans mon bébé.

Je l’avais ressenti aussi avec mes aînés.

Cette étape aussi intime qu’universelle, fait partie des phases post natal et demande d’être accueillie par la famille.

Je n’avais pas envie de précipiter les choses, je savais que ça viendrait au moment opportun.

Je suis revenue rayonnante de joie, avec l’envie profonde d’être avec eux. Mon homme et mes enfants.

S’éloigner quelques heures permet parfois de retrouver l’élan, la fraîcheur et la gratitude pour ce qui peut devenir banal, acté, ordinaire.

Ces quelques heures sont un cadeau pour moi dont ils bénéficient.

Nos moments ensemble, leur enfance, est un temps sacré dont je ne me lasse pas.

Certaines situations demandent d’explorer mes ressources personnelles et de trouver des solutions nouvelles et créatives.

J’ai besoin parfois d’être seule (sans eux) pour prendre du recul et revenir avec une belle qualité de Présence.

J’ai quelques rendez vous notés sur le calendrier familial. Pas tant que ça.

Cette fois, le simple fait de savoir que j’ai le choix, que cela est possible, suffit pour que je me sente libre.

cuisine du bonheur

S’organiser – Meal Prep

A la maison nous sommes adeptes du fait maison.

Je gère cinq soirs par semaine en solo et avec le Petit morceau, pour l’instant, j’ai moins de temps à consacrer à la confection des repas.

Certaines semaines je suis hyper inspirée et d’autres pas motivée pour cuisiner.

Pourtant l’envie de manger de façon simple, saine et gourmande est là.

Je connais l’influence positive d’une nourriture équilibrée, en particulier dans les moments où la fatigue se fait sentir.

Et puis il vaut mieux être plein d’énergie pour assurer avec tout ce petit monde!

Alors deux fois par semaine, je prépare différentes bases de repas pour plusieurs jours: crudités, céréales, légumes cuits, tarte salée et éventuellement un plat type lasagnes ou plat mijoté en quantité.

Je passe ensuite moins de temps en cuisine et je n’ai pas à me poser la fameuse question « on mange quoi?! » chaque jour.

Je compose avec ce qu’il y a de prêt dans le frigo, je pioche et j’assemble les ingrédients selon l’humeur. Et j’ajoute des graines, des fleurs selon l’envie du moment.

C’est plus flexible que de suivre à la lettre un menu établi (je n’y arrive pas) et ça laisse de l’espace pour la créativité.

Nos assiettes sont souvent composées d’ingrédients variés et colorés. Ca plait bien aux enfants.

Il me semble que les ressources sont mieux gérées (on ne jetait pas beaucoup mais ça arrivait parfois) et que financièrement c’est économique aussi.

Et vous, vous gérer comment les repas au quotidien ? A l’intuition chaque jour? Avec des menus?

20160601_12411120170828_19514620160613_115422

ETATS D'ESPRIT DU LUNDI

Etats d’esprit du lundi #14

Jour: Lundi 4 juin 2018 – Heure 18h05

Fatigue: oui, comme souvent après le weekend!

Humeur: amoureuse

Condition physique: beaucoup de marche, un peu de piscine et des petites courbatures post rééducation abdominale

Food: fraises & chantilly

Kids: les grands sont au taquet pour le fameux mois de Juin avec son programme festif, le petit m’offre des nuits d’un trait

Love: a booké le baby sitter et réservé un restau au cadre enchanteur. Les choses sérieuses reprennent 😉

Sorties: Expo Le Carnaval des animaux au parc de la tête d’or et sublime parc des oiseaux à Villars les Dombes qui a plu à toute la famille

Amies: prennent leur envol vers de nouveaux projets

Envies: de me célébrer, d’une jupe longue blanche, de faire sécher des fleurs comestibles (pour des salades), d’installer un 2e carré potager (on est 5 maintenant!), de faire la fête, d’écouter de la musique live, d’écrire, que tout soit propre, de célébrer la nouvelle lune qui arrive.

Culture: cf sorties

Courses: faîtes ce matin

Zic: Ce morceau

Retrouvez les états d’esprit du vendredi chez Zenopia et Postman dont je me suis librement inspirée

20180610_130117.jpg

ETATS D'ESPRIT DU LUNDI

Etats d’esprit du lundi #13

Jour: lundi 28 mai 2018 – Heure: 12h

Fatigue: ça va, les nuits sont bonnes et le réveil tétée bien géré

Humeur: Excellente

Condition physique: je rentre dans un short d’avant la grossesse, ça booste le moral!

Food: tagliatelles

kids: Nous passons de chouette moments ensemble. Balade, créativité, jeux. Et le petit morceaux souri à tout va, bonheur!

Amitiés: m’envoient plein de cadeaux.

Love: prends le relais dès qu’il est là. Je connais ma chance de vivre aux côté d’un homme si généreux et dévoué.

Sorties: des balades dans la nature

Courses: On consomme moins, on utilise ce qu’on a .

Culture: quelques videos avec des méditations guidées sur YouTube, ça compte?

Envie: d’envoyer les derniers faire part de naissance, de rempoter la lavande reçue pour la fête des mères, de me baigner, de pic niquer au bord de l’eau, de découvrir les cascades de l’Ain, d’inviter des amis et d’ouvrir officiellement la saison des bbq, de me délester de quelques kilos, de commencer le défi des 100 jours version magie

Zic: Ce morceau que les enfants adorent et qui ouvre le cœur.

Bonne semaine!

Retrouvez les états d’esprit du vendredi chez Zenopia et Postman dont je me suis librement inspirée

20180419_065943.jpg

maternité

Le quatrième trimestre – en douceur

Mon bébé peau à peau, mon bébé bras, mon bébé kangourou a un grand besoin de notre présence corporelle.

On pratique le maternage (ou paternage?!) proximal comme disent les initiés.

Lorsqu’il est lové contre moi et je sens son souffle chaud, son corps apaisé s’alourdir dans le manduca. J’aime ses moments là et je suis heureuse de les vivre à nouveau, avec lui.

J’aimerai disposer plus souvent de mon corps pour moi seule avoir davantage de temps pour bouquiner, créer et pour rêver, pour être seule avec mon amoureux et plus disponible pour mes « grands ».

Parfois il dort dans son berceau et on s’extasie, parce qu’il est si beau et si paisible.

Parfois il a besoin d’être contre mon cœur et je fais tout ce qui peut se faire avec lui près de moi.

La grossesse est un état de fusion alors j’accepte avec patience cette étape de transition de défusion progressive.

Les premiers mois avec un nouveau né s’apparentent à un quatrième trimestre, où tant de choses s’ajustent: la forme de mon corps, l’allaitement, les journées calées sur son rythme (et sur celui de l’école) etc

Avec un troisième enfant, on avait une idée de ce que représente le quotidien avec un nourrisson, alors que pour notre premier enfant le choc a été violent (alors c’est CA être parent?! Pourquoi personne ne m’a rien dit?!).

Finalement je trouve plus facile d’être mère d’une famille nombreuse. Je n’aurais jamais imaginé écrire cela un jour!

Même si ses besoins sont intenses la journée et que materner me demande de déployer de l’énergie, je le vis bien, car les mythes de la parentalité se sont écroulés il y a six ans. D’ailleurs c’est plutôt avec les ainés que c’est sport certains jours!

J’accepte l’ambivalence de la maternité, la logistique, les drive récurrents, les machines quotidiennes, les soirées en solo cinq soirs par semaine.

Je connais l’impermanence et je sais qu’un jour il s’endormira, seul, pour de longues siestes (la nuit il dort bien, alléluia!) alors en attendant j’accompagne, je porte, je berce, je chante autant que nécessaire.

J’aime ces moments et je me sens à ma juste place.

Je me sens forte et sereine. J’étais suffisamment préparée, pour savourer la présence de notre petit morceau comme l’appelle son père.

Je fais de mon mieux, chaque jour et c’est suffisant. Pas parfait mais suffisant. Je suis là, je donne de moi, je ne me compare surtout pas.

On parle beaucoup de la préparation à la naissance et si peu de l’après, comme si après tout allait être simple, évident, fluide. Les réseaux sociaux renvoient cette image de perfection, la société invite à la performance.

Dans la réalité, c’est tout un équilibre à recréer, en acceptant que cela prenne un peu de temps.

C’est du taf et du kif un bébé venu agrandir la famille, quand on accueille un jour après l’autre avec souplesse, adaptation et lenteur, pour plonger dans les profondeurs de la plus extra-ordinaire et authentique des aventures humaines.

20180516_090027.jpg

ETATS D'ESPRIT DU LUNDI

Etats d’esprit du lundi #12

Jour: Lundi 14 Mai 2018 – heure 14h14 Veille de nouvelle lune

Fatigue: plutôt bien gérée

Humeur: bonne, après un petit coup de mou, je me sens reliée à ceux que j’aime, ça me booste

Condition physique: j’apprivoise mon corps deux mois après la naissance de mon troisième enfant. C’est une phase un peu délicate. Je me masse chaque jour, je marche, je prends des bains dès que possible et m’offre de la douceur.

Food: saumon et avocat

Culture: pas trop le temps de lire… Happinez et pile de lecture en attente.

Love: en mode Wonder dad

Amitiés: après une naissance on est un peu « hors du temps ». Je vois quand même mes amies, on se soutient mutuellement

Kids: j’accompagne les grands sur le chemin de l’autonomie et de la participation aux tâches du quotidien. Nous passons aussi du temps à créer, dessiner, coller. Le tout petit a encore besoin de beaucoup de proximité parentale. Il nous offre des sourires et des périodes d’éveil calme de + en + fréquente.

Courses: le marché pour le frais et le drive pour le fond de base commandé ce matin

Sortie: Une belle journée de balade en amoureux avec notre petit troiz et un dej avec mon amie espagnole

Envies: plein! De lavande au jardin, d’un weekend à Annecy ou même Aix les bains avec mon amoureux, de rentrer dans mes jeans (patience), de revoir Amsterdam, de prendre le train seule en écoutant une bonne playlist et laissant défiler le paysage (pas au programme), d’aller à Bali (improbable pour l’instant mais un jour viendra), de me vernir les ongles (on y croit!), lire un bouquin en deux jours, manger sain sans avoir à préparer quoi que ce soit (on peut rêver?), de silence, de leurs rires mêlé au mien, d’aller chez le coiffeur et m’offrir une belle coupe (bientôt dès que le tout petit aura un rythme un peu plus calé), de danser, de me coucher avec insouciance après 23h, qu’on me répète combien je suis merveilleuse et précieuse, d’arrêter de leur dire de ranger leur chambre, de laisser sortir les émotions enfouies!

Zic: Nessi Gomes ce morceau en boucle

Retrouvez les états d’esprit du vendredi chez Zenopia et Postman dont je me suis librement inspirée

20180419_122000

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10 PETITES CHOSES

10 Petites choses #10

Hop hop hop c’est parti: 10 choses qui font pétiller le quotidien

1/ Consigner encore et encore, chaque jour depuis janvier mes moments merveilleux, ceux qui rendent la vie jolie, comme le fait Camille. Ce prend deux minutes chaque soir et j’aime beaucoup les relire à la fin du mois et me prendre un bon shoot de gratitude.

2/ L’allaitement facile, évident, et ce lien lacté si doux

3/ Les violettes qui bordent la terrasse, les primevères à foison et les tulipes.

4/ Les moments passés avec ma mère à la maison avant et après la naissance du tout petit. Sa présence réconfortante et son aide précieuse pour notre famille désormais nombreuse.

5/ Avoir peu de temps pour moi mais du temps pour méditer chaque matin

6/ Manger exotique: un plat balinais, un byriani, une commande chez l’excellent chinois en bas de chez nous.

7/ Débuter le livre de Camille Sfez. Un bijou!

8/ Me balader à nouveau, renouer doucement avec mon corps

9/ Un mercredi entier en mode slow life avec les enfants

10/ Les lys blancs reçus pour Pâques qui embaument divinement la maison.

20180411_115934.jpg

 

maternité

Baby moon

Cinq semaines de baby mood, de baby moon.

Le temps s’est arrêté et les journées tourne beaucoup autour de lui.

J’aime observer les aînés avec leur petit frère, ils sont attentifs et d’une douceur extraordinaire.

Et Mister b avec nos enfants. C’est un père drôle, tendre, patient.

Observer l’amour qu’il leur porte – et l’amour des enfants pour leur père – me nourrit et enrichi notre relation, renforce notre couple.

Je suis émue de ressentir ces émotions, d’autant plus que nos début dans la parentalité n’ont pas été simple pour moi, pour notre couple.

Aujourd’hui la vie de famille nous renforce.

Peut etre que ce 3e est plus facile à vivre.

Une chose est sûre mon rapport à la maternité (m’)a changé.

Il y a six ans je trouvais certaines situations du quotidien avec un bébé contraignantes, stressantes. J’avais besoin de beaucoup d’espace personnel.

Aujourd’hui je vis cette aventure avec d’avantage de sérénité et de joie. Je me sens reliée à toutes les mères.

J’ai conscience de l’impermanence, je ne suis plus si pressée qu’il « fasse ses nuits », qu’il tète moins, qu’il grandisse, qu’il passe à l’étape suivante.

Je sais que cela viendra et que maintenant est doux, si doux, si parfait dans son imperfection, dans le joyeux bazar, dans l’improvisation des journées collés sérrés et des soirées en solo avec mes trois.

J’ai arreté de courir après l’après pour aimer tout de suite.

Je les osberve, mes trésors, ma famille, ma plus précieuse richesse. Je suis emplie de gratitude de vivre entourée de si belles âmes.

Finalement être mère de trois enfants me semble plus évident que lorsque je n’avais qu’un seul enfant, que je ne savais rien, que je n’étais pas aussi connectée à mon instinct et à mon ressenti.

Le tout petit a besoin de présence, qu’il aime encore tant se lover contre mon cœur, alors je le berce de tout mon amour et je m’impregne de son odeur de bébé. Je nous offre le temps de vivre ces moments là, pleinement, sans précipitation.

L’essentiel est là, ses quatre kilos et quelques près de moi.

20180411_112038.jpg

KIDS

L’école buissonnière

Je me réveille à 7h30 et je décide d’une matinée d’école buissonnière.

Les enfants ont besoin de repos et puis ça serait la course de les emmener, d’aller les chercher 3h plus tard, sous la pluie.

Le temps se prête à rester en pyjama quelques heures de plus.

Le tout petit dort paisiblement alors on se pose avec les grands. Ils colorient un masque et moi un mandala. On papote, Ben Harper en fond sonore. Je chéri ce moment.

Lorsque je m’assois pour déjeuner le tout petit se réveille. Je mangerai plus tard.

L’après midi est bruyante. Le tout petit pleure, je ne peux pas le poser… La miss chante la BO de Vaïana en boucle et le Grand me demande toutes les cinq minutes de vérifier ses calculs (chacun ses passions!) genre combien font 4000 X 1500.

Je leur répète douze mille fois les mêmes choses et je m’agace.

Jolie douceur joue au Dobble avec son père. Le tout petit tête en s’endort. Ah non fausse alerte.

Le rangement de fin de journée est laborieux.

Ce soir c’est spaghetti, avec le bébé dans le manduca.

J’ai envie de silence.

Mon grand dit à sa sœur: attention maman peut tomber en panne et ça c’est grave. Je souris. Il a saisit l’ambivalence du mercredi.

On regarde la grêle tomber par la fenêtre et l’arc en ciel au loin.

Avant le coucher, pendant que le tout petit tête, je lit une histoire : Zigomar n’aime pas les légumes.

On rigole. Un des personnages se nomme pipioli!

20h20 les trois merveilles dorment. Le silence revient.

Je les regarde, mes trésors, avant d’ouvrir un livre pour moi.

20170407_120129.jpg

 

 

maternité

45 minutes de sieste

Mercredi.

Grand bonheur a débarqué dans notre chambre à 6h30. Ca faisait longtemps que ce n’était pas arrivé. J’aurais bien dormi deux heures de plus…

J’ai réussi à prendre une douche, affilié le petit à la mutuelle familiale et préparer à manger pour midi entre deux tétées, avant d’aller récupérer les enfants à l’école.

Le chemin du retour est laborieux. Grand bonheur couine, la fatigue se fait sentir de son côté. Il me parle de ses cartes Pokemon. Il rêve de la collection entière. La fatigue se fait sentir de mon côté.

Je sors le petit dernier du manduca et il se met à pleurer au moment où on passe à table.

Le téléphone sonne deux fois, je ne réponds pas, le niveau sonore est trop élevé.

A la fin du repas je me sens dépassée.

L’aide ménagère est venue hier et la cuisine est sans dessus dessous. J’empile les assiettes sales.

Les vêtements et les chaussures trainent dans l’entrée. Il y a une machine à plier et une autre à mettre en route.

Mais pour l’instant, le petit troisième me réclame.

Le Grand couine encore. Tous ses livres d’activités sont tombés du casier de son bureau, il y en a partour par terre. Argh!

Je m’allonge avec mon bébé pendant qu’il tête.

J’encourage mon Grand à ranger puis à venir s’allonger un quart d’heure à côté de nous.

Je n’ai rien à prouver.

Je n’ai pas à être la mère parfaite, l’épouse parfaite, la femme parfaite, l’amie parfaite.

Pas d’obligation à ce que la maison soit parfaitement propre et rangée à tout moment. Pas d’obligation à répondre dans la seconde quand on m’appelle ni à me justifier de ne pas y arriver.

Je laisse tout en plan.

Je ne propose pas d’activités manuelles.

J’autorise les grands à regarder un petit dessin animé pendant que je fais une sieste avec le petit lové près de moi.

Après ça, tout va mieux.

Tout redevient fluide, facile et joli. Alors que le mercredi aurait pu partir en vrille, tout rentre dans l’ordre après 45 minutes de sieste.

La logistique est gérée en trente minutes.

J’ai le temps de bouquiner un peu pendant que Jolie douceur est chez une copine et Grand bonheur à son activité. Le petit dort encore. Je réponds aux messages laissés ce midi et aux invitations en suspend.

Je me sens sereine, humaine et forte. Fière de moi, du chemin parcouru. Ma vulnérabilité m’enseigne le respect, l’écoute de mes besoins, la douceur pour moi même.

Je regarde les enfants jouer, le petit dans les bras de son père.

 

Je souris. Je suis là où je dois être.

20170317_115508