LA VIE EN PLUS JOLIE, MAISON DU BONHEUR

Vivre dans une maison ça change quoi?

On me demande souvent si je suis toujours contente de notre choix de vie.

Oui, dix mille fois oui.

On m’avait dit « tu verras, une fois que tu auras déménagé tu te demanderas pourquoi tu ne l’as pas fait avant! »

Voilà trois saisons que nous avons quitté le très chouette quartier du parc de la tête d’Or pour vivre à 10km de Lyon, dans une maison, située dans un petit village.

Ca veut peut être rien dire pour vous, pour l’ex-pure citadine que je suis ça veut dire beaucoup…

Je suis rassurée d’être proche de la ville, avec un accès rapide à « tout ». Et j’ai le sentiment grandissant, au fil des mois, que « tout », est ici.

Oui les possibilités de sorties culturelles et les soirées ciné, théâtres, les conférences, ou que sais-je, sont limitées. Elles l’étaient déjà pour moi à Lyon, depuis la naissance des enfants, puisque mon amoureux travaille le soir et que pour sortir je faisais appel à une babysitter, de façon très ponctuelle.

Cela n’a pas changé. Enfin si le babysitter est moins cher et il faut le raccompagner 😉

Ce qui change, c’est que lorsque les enfants sont couchés, si j’en ai envie, j’ai la possibilité de sortir… dans mon jardin. Cela me suffit pour que je me sente libre et non plus enfermée.

Ce qui change, c’est que lorsque l’on vivait à Lyon, on avait très souvent besoin, de sortir de la ville, d’évasion, d’ailleurs, de weekends, d’escapade, de voyages. Je suis toujours heureuse de voyager et curieuse de découvertes mais le besoin s’est mué en envie, et c’est bien différent.

Ce qui change, c’est que j’aime vraiment rentrer lorsque l’on s’est absenté quelques jours!

Ce qui change c’est la façon de consommer. On n’achète plus les mêmes choses, les postes de dépenses évoluent. Les prix sont moins élevés pour les produits de consommation courante, alors qu’on est seulement à 10 km du centre de Lyon. Je ne réalisais pas que tout était si cher….

Ce qui change c’est qu’on a troqué les sushis du dimanche soir par des bbq et par les plats du Chinois du coin qui prépare tout à la commande. C’est un peu long, mais succulent.

Ce qui change c’est le retour de l’école. Plus besoin d’aller au square, alléluia! Les enfants peuvent goûter et jouer dehors et même se baigner si la météo le permet.

Ce qui change c’est que les enfants ont tous les deux leur chambre et qu’ils peuvent jouer dehors pendant que je fais autre chose.

Ce qui change c’est qu’aux beaux jours ils peuvent ressortir un moment après le dîner.

Ce qui change c’est la vue. Une jolie vue en ville, sur les toits, aussi panoramique soit elle, ne vaut pas, selon moi, la vue sur les arbres et les fleurs que nous avons depuis chaque pièce.

Ici dedans comme dehors j’ai un contact permanent avec la nature. Ici j’ai une porte à ouvrir et l’accès direct aux levés de soleil, à la vue sur les montagnes lorsque le ciel est dégagé. Ici je peux mettre les mains dans la terre et prendre l’air quand ça me chante.

Ce qui change c’est la notion d’espace. A Lyon la promiscuité commençait vraiment à me peser et j’avais besoin de passer de plus en plus de temps chaque jour au parc pour équilibrer, trouver un peu de calme dans cette agitation.

Ce qui change c’est qu’on laisse + de place pour le vide, le repos, pour être ensemble, s’ennuyer. Et je ne bouillonne plus « alors on fait quoi?! ». On a bien simplifié, si on ne prévoit rien c’est Ok. Je ne m’ennuie jamais vraiment de toute façon.

Ce qui change c’est le chauffage et la façon de se vêtir . Nous vivions dans un appart surchauffé (chauffage collectif) où l’on ne connaissait pas les pulls.

La maison est près d’un sous bois, cela signifie que l’hiver il fait froid. Au petit matin et à la tombée de la nuit, il fait frais, même l’été. Donc petit à petit on investit dans des vêtements chauds. On a débuté avec une polaire chacun (la base!) et je me suis offert un pull et un gilet en cachemire.

Ce qui change c’est la connexion aux saisons. Ici, c’est du concret. A l’automne il y a des feuilles à ramasser  et du bois à faire livrer et ranger pour se chauffer, l’hiver il faut saler le chemin, au printemps les haies sont à tailler etc… En ville on ne se rend pas compte de tout ça! Cela peut sembler contraignant, mais j’ai aimé chacun de ces moments.

Ce qui change c’est le rapport humain. Ce qui m’a plu en arrivant dans ce village, c’est l’accueil que nous a réservé le personnel de la mairie. La secrétaire avait pris quelques minutes pour nous accompagner jusqu’à l’école, nous montrer où se trouvait la cantine, la bibliothèque.

La maîtresse de Jolie douceur m’avait envoyé des sms avant sa rentrée en petite section et la maîtresse de Grand bonheur téléphone si celui ci est malade pour prendre de ses nouvelles. Ca en ville, je ne l’ai jamais vu!

Ce qui change c’est la gestion des déchets. En ville on ne se posait pas la question, on descendait nos poubelles dans le local et basta.

Ici le ramassage se fait une fois par semaine, et tous les 15 jours pour le tri. Il faut y penser, descendre (et remonter!) la poubelle soi-même au bon moment. C’est l’occasion de prendre conscience du volume de déchets que l’on produit, qui est conséquent, alors qu’on pensait que « ça allait » et ça booste les petites actions qui vont dans le sens du « zéro déchet ».

Ce qui change c’est la vie sociale. Ici nous avons plus de place pour recevoir, la maison est souvent pleine de copains, de famille. Une maison c’est fait pour partager, non?

Ce qui change c’est que mon amoureux est plus détendu alors que pour lui le déménagement a induit des trajets. Trajets qui l’aident à couper du boulot. Et étonnamment il rentre souvent + tôt qu’avant.

Ce qui change, c’est notre conscience, on se sent davantage connectés à la nature, y compris la beauté de la nature humaine.

 

20170215_162559
Home sweet home par Grand bonheur 5 ans

 

KIDS, VOYAGES & BALADES

Les carrières de lumière

 

20170416_144838
Entrer une légende

 

20170416_143218

20170416_144737

Lorsque c’est possible, nous aimons découvrir en famille des lieux, des activités, accessibles à toute la famille, qui plaisent à tous, et non pas ciblés uniquement aux enfants.

Juste avant notre weekend dans le Lubéron, une amie m’a dit, si tu peux, va voir Klimt aux Carrières de Lumière, tu verras même les enfants vont aimer!

Ah Klimt, moi j’adore….!

Alors on est allé se balader dans le joli village des Baux de Provence et après le déjeuner nous avons filé aux Carrières de Lumière, pour le spectacle son et lumière.

Point de Klimt à cette période là mais tout de même un moment bien sympa lors de l’expo immersive de Bosch, Brueghel et Arcimboldo.

Le lieu est vaste, les enfants peuvent bouger et les œuvres sont projetées au sol et sur les murs, il y a tant à voir!

Grand bonheur a été captivé, Jolie douceur a, quant à elle, beaucoup dansé pendant la projection 😉

Si je vous en parle, c’est parce que nous avons apprécié l’expérience tous les quatre et aussi parce que cet été il y a l’intégrale des éditions précédentes avec les spectacles nocturnes de Michel Ange, Raphaël et Léonard de Vinci, Klimt et Vienne ou encore Chagall.

Une façon vivante et différente de découvrir ou redécouvrir l’Art et d’initier les enfants à des univers différents si vous y allez en famille.

Magie assurée pour les petits et les grands!

LA VIE EN PLUS JOLIE

10 Petites choses #5

Cultiver les petites et grandes joies, l’extra-ordinaire…

Hop hop dix petites choses qui m’ont mises en joie ces dernières semaines.

IMG_20170531_130202_667

1/ La jolie pochette Antik Batik. Eté je suis prête!

2/ L’installation d’un carré potager avec salades, épinards, tomates et puis plein d’herbes aromatiques.

3/ Le come back du Reiki, les soins proposés et la joie diffusée.

4/ Cette vidéo de Amma, qui a profondément touché mon âme, mon cœur de femme et de mère. D’ailleurs j’ai l’intention ferme de rencontrer cette femme hors du commun cette année.

20170527_100356.jpg

5/ L’ouverture de la saison piscine, les rires des enfants, le luxe des baignades après l’école.

6/ L’organisation du mois de juillet pour les petits et la réservation d’un atelier pour l’Odysée des bulles au Musée des Confluences. Merci Sophie du bon plan!

IMG_20170529_130650_819

7/ Les salades multicolores

 

IMG_20170512_141524_289 (1)
Œuvre de Stanya Kahn

8/ La chouette expo LA une fiction au MAC, une invitation à voir au delà des apparences. Si cela vous tente, je vous recommande la visite guidée qui apporte un vrai plus. J’ai particulièrement apprécié les œuvres colorées de Stanya Kahn

9/ Les mots d’enfants de ma Jolie douceur, dont je me délecte car je sais que bientôt sa langue ne fourchera plus. En attendant je souris quand elle me raconte des anecdotes à base de cochons-dingues (cochon d’Inde), de baillettes (paillettes) ou lorsqu’elle réclame sa rousse de couette, une grobe qui tourne ou des vacances en pamping car!

20170525_183135

10/ Les roses, les campanules, les pivoines en fleurs (et d’autres encore dont je ne connais pas le nom) dans mon jardin, je n’en fini pas de m’émerveiller.

AU JARDIN, LYON, MAISON DU BONHEUR

Comme un goût de vacances

Les enfants n’avaient pas école vendredi.

Nous avions donc quatre jours et demi, et pas de programme précis, si ce n’est celui de passer du bon temps.

Mercredi et jeudi nous sommes restés à la maison, pour bidouiller, dessiner tous les trois côte à côte et découvrir le super sand. Gros succès, la petite (4 ans) ne voulait plus s’arrêter!

 

mandala
land art
20170526_122649
Parc de la tête d’or

Vendredi nous avons pic niqué tous les trois au parc de la tête d’or, à l’ombre d’un arbre remarquable et confectionné un mandala avec des pommes de pin et des pétales de roses, trouvés par terre, en abondance, du côté de la roseraie.

On a marché, beaucoup, avant de rejoindre Mister B, après le service. Les enfants ont un bon rythme maintenant.

Et puis ce weekend, la maison s’est remplie de cousins, de rires, d’odeur de crème solaire. Les sandalettes se sont alignées le long de la piscine, et enfin le moment de la première baignade, tant attendue, est arrivé.

On a sorti la grande table pliante qui sent encore le pin, j’ai préparé des salades colorées, du houmous, et l’on s’est régalé de merguez, accompagnées d’un verre vin blanc bien frais.

Les salades de fruits partagées à l’heure du goûter et les sorbets ont mis tout le monde d’accord.

Nous étions si bien, qu’on a oublié les pseudo impératifs pour prolonger le moment en famille. A la place, on douché les enfants deux par deux, préparé des mojitos avec la menthe du jardin, à l’heure de l’apéro, improvisé des pizzas avec ce qu’il y avait dans le frigo.

Nous avons repousser, un peu, l’heure du coucher pour offrir la possibilité aux enfants de jouer encore dans le jardin, après le dîner. On se sentait libre, comme en vacances. La vie dans cette maison est si douce.

muffin
bonne fête maman

Et puis dimanche, la fête des mères. Les jolis cadeaux, préparés avec tant de soin, le plateau du petit dej dressé en secret par mon Grand bonheur, le poème qui m’a fait verser ma larme de joie à 9h du matin et le muffin avec une rose en pâte à sucre.

Rien de foufou, juste nous et des mots doux distillés tout au long de la journée.

Et l’envie de revenir consigner ici ces instants sacrés.

LA VIE EN PLUS JOLIE

10 Petites choses #4

Allez hop hop 10 petites choses, 10 moments de kifs qui m’on fait sourire.

1/ Donner beaucoup (du temps, des contacts, des fringues, des livres) et recevoir tout autant,  différemment.

Gagner un week end balnéo dans l’Isère (parfait on a envie d’aller se ressourcer sans aller trop loin) grâce à un concours Happinez.

J’en suis d’autant plus heureuse que ce magazine fait parti de mes favoris, il est magnifique, bien fait, alliant, la beauté visuelle et les textes inspirants.

img_20170302_153636_025

 

2/ Préparer des activités sur le thème de la géogaphie et de l’espace pour les vacances de Pâques. La box « La nuit sous les étoiles » de l’atelier imaginaire gagnée grâce au blog de Camille, arrive donc pile poil! Je ne suis pas une fan de box mais il se peut que je change d’avis!

20170228_134212.jpg

3/ Réaménager la chambre de Jolie douceur. Chiner un bureau et la chaise vintage qui va avec, installer un coin lecture. Lui montrer patiemment, encore, où va chaque chose, pour qu’elle trouve du plaisir à ranger de façon autonome.

20170228_110850

4/ M’extasier devant les premières fleurs du jardin. Crocus, jonquilles, primevères, bois joli tout fleuri, j’adore!

20170227_090049.jpg

 

5/ De chouettes moments en famille

20170226_111814

6/ Passer une journée 100% disponible pour les 4 ans de Jolie Douceur. Choisir ensemble les produits pour le repas en famille chez les commerçants du 6e.

Déjeuner avec son père, aller au parc de la tête d’Or en trottinette pour un tour de manège. La journée parfaite pour une petite fille de quatre ans.

20170223_124254.jpg

 

7/ Préparer ses cadeaux et les emballer avec soin. Un coffret Montessori au jardin (j’apprends avec eux!), deux jolis livres. Et puis, un labello, un magazine de princesse Sofia et l’amulette en plastique qui va avec. Mais si tout cela est compatible!

20170225_141210

8/ Préparer une journée spéciale, organiser mon baptême, dans la nature, et me réjouir déjà des synchronicités et de ce qui vient à moi pour cet évènement.

20170227_133600.jpg

9/ Me régaler d’un bagel fond de frigo: du chou rouge émincé, du saumon fumé et du Philadelphia. La photo ne rend pas hommage mais croyez-moi c’était Miam!

20170221_112432

10/ le dessin de mon Grand bonheur, 5 ans, où tout est sourire

20170215_162559.jpg

KIDS

L’ambivalence du mercredi

Commencer la journée en beauté avec un thé dragonfly qui m’a été offert et la sensation de gratitude associée à ce cadeau.

Accompagner la classe de grand bonheur à un spectacle. Chouette aventure qui demande une bonne dose d’énergie. Me sentir à ma juste place, pleine de ces rires d’enfants, de leurs yeux qui pétillent après le spectacle.

Ensuite, changement de décor, avec Jolie douceur 4 ans, qui refuse de marcher pour renter à la maison. 7 minutes à pieds peuvent se transformer en une éternité.

Jolie douceur qui s’oppose à tout, à toutes les règles et qui veut tout régenter.

Crier un peu trop fort et avoir envie de rendre mon tablier.

Sortir des mandalas et colorier avec les enfants.

La laisser faire, en étant à ses côtés, un gâteau au yaourt avec des pépites de chocolat pour le goûter.

Pleurer en voyant l’état de sa chambre à 18h35.

Avoir envie de faire un bon nettoyage par le vide, et de laisser un lit, un doudou, un bureau, une paire de ciseaux, un tube de colle et des crayons.

Entendre des « c’est pas bon » au dîner.

Laisser le temps de jouer le temps de redescendre en pression, de souffler enfin 10 minutes.

Me rappeler la chance que j’ai, de ce choix de leur offrir de beaux souvenirs d’enfance (sauf quand je crie donc).

Réconforter au mieux, en freestyle à 19h45, mon grand bonheur, 5 ans, qui a peur d’être parent un jour, de pas savoir faire et qui a une peur de la mort (la nôtre).

Recevoir un sms pas très sympa. Et un autre adorable.

Et puis, nerveusement, rire de toute cette absurdité, de cette ambivalence, de cette fragilité éphémère.

Ciao mercredi, je choisis de me souvenir que du joli!

IMG_20170208_172159_018.jpg

 

LA VIE EN PLUS JOLIE

10 Petites choses #2

Coucou c’est lundi! C’est reparti pour 10 petites choses qui mettent du baume au cœur.

1/ Mon fils, cinq ans, au réveil, le jour de ma fête (sans le savoir): Maman je t’aime de tout ce que je peux, aussi fort que les crêpes et le chocolat. Fondance.

2/ Le thé chez mon patron devenue amie, sa douce compagnie, nos rires, sa fille qui gazouille, le thé bien chaud alors qu’il fait -5 dehors, la vue de son salon, qui donne sur le parc. Et nos échanges qui nous enrichissent. J’aime. J’aime. J’aime

3/ Les créations en attrimaths de ma fille de presque quatre ans. Sont imagination débordante et son talent.

 

20170121_094531
Tigre et ruche attrimats

 

 

4/ La boutique où je viens pour dire bonjour et où je pars systématiquement avec des trésors. La gentillesse infinie et la passion de la gérante me touchent à chaque fois.

img_20170114_194542_896

5/ Le petit conte Jonhatan Living Stone le Goéland de Richard Bach, qui se lit tout seul et qui donne des ailes.

20170123_101817

6/ Le Reiki qui reprend sa grande place dans ma vie

img_20170122_125007_434

7/ Mon étole si douce et extra enveloppante, en cachemire.

8/ La grosse livraison de bois, un matin d’hiver glacial. La qualité du bois, la gentillesse du livreur, qui a accepté de faire un crochet dans sa tournée, pour nous livrer pile quand on en avait besoin.

9/ Les soldes chez Monop et chez Fanny une maman du village qui fait tourner les vêtements de sa fille.

10/ Avoir dans la tête cette chanson un lundi matin, y voir un signe et l’accueillir le cœur ouvert!

Je vous souhaite une belle semaine

 

LA VIE EN PLUS JOLIE

Les routines

Avec les enfants on a mis en place plein de trucs et astuces, de routines évolutives, de best practices (appelez ça comme vous le souhaitez), pour sécuriser, rassurer, mémoriser, grandir de façon autonome.

C’était une nécessité, pour gérer nos deux enfants de 15 mois d’écart, notre vie, sans être constamment débordés avec douze mille choses à faire en même temps (oui ça sent le vécu) et le stress qui monte à mesure que les sollicitations s’ajoutent, les priorités qui se mélangent, et le brouhaha qui prend toute la place dans la tête. Bref de l’organisation pour penser à respirer et sortir de l’apnée.

Et puis, développer le concept pour soi-même. On aurait même pu commencer par soi, mais il n’est jamais trop tard, pour changer.

Au départ je trouvais ce système de routines franchement ennuyeux, rigide. Ce côté autoritaire et minuté ne me branchait pas trop, pour moi-même.

En fait, c’est l’inverse. C’est un cadre structurant, que l’on (se) choisit, qui apporte beaucoup de souplesse.

On a le droit d’adapter à tout moment et les activités se font de façon plus fluide, car on anticipe et on a de la visibilité, on planifie ce qui est prévu et connu et la vie apporte son lot d’imprévus qui peuvent + facilement être inclus.

  • Le matin. La base, qui donne le ton pour la journée. Avant je préparais les enfants en premier.

Maintenant je prends le temps de me réveiller, de méditer quelques minutes, de lire un extrait de bouquin, de me doucher, m’habiller (ça me prend 20 à 30 minutes  en tout la semaine en hiver). Lorsque le thé est prêt, je suis opérationnelle pour ma famille, pour préparer un cacao, veiller à l’habillage des marmots etc.

Ca peut paraître profondément égoïste.

En fait, c’est de l’amour.

Je commence par remplir mon propre réservoir d’amour et ensuite je peux remplir aussi celui des autres.

  • Côté miam

Le plateau repas avec tout ce que je veux dessus. Quand tout est autorisé à un moment donné c’est facile de patienter, jusqu’à la prochaine fois. Je le faisais pour les enfants et vous savez quoi? Ca marche aussi pour les grands ce truc!

Les menus. Bon, là ça m’a pris du temps pour capter. J’élaborais des menus mais je ne m’y tenais pas, pour une raison ou pour une autre, ça ne marchait pas et le côté figé ne me plaisait pas.

Maintenant je demande aux enfants ce qu’ils ont envie de manger, ils proposent deux repas chacun (on est d’accord carottes râpées ne constituent pas un repas, mais c’est un bon début!).

Je choisis une nouvelle recette à tester chaque semaine.

Et voilà j’ai le menu des repas du soir pour la semaine. J’ai une base et je me sens libre de changer si ça me chante.

Les repas se déroulent + souvent dans la joie, puisque les enfants apprécient d’avoir « leur plat » et savent qu’ils auront ce qu’ils ont proposé à un moment donné.

  • La logistique. les trucs répétitifs, le linge, les courses etc.

Je programme la machine le soir, Mister met le linge à sécher quand il rentre du taf et ça se fait (presque) tout seul.

Pour les courses: un ou deux gros drive par mois pour le stock de base.

Ca me prend un heure pour tout commander, ça lui prend pas plus d’une heure pour récupérer et ranger les courses. Soit beaucoup moins de temps qu’avant et tout ça sans aller en magasin, tout en achetant ce dont on a besoin.

La routine produits frais est in progress…

  • Beauté

Le dimanche après le goûter, je laisse Mister B aux manettes et je me plonge dans un bain moussant. J’allume une bougie, je prends un bouquin. Les premières fois les enfants sont venus frapper. On en a discuté, en montrant sur l’horloge. Maintenant ils savent que c’est l’heure du bain de maman et qu’elle aime être tranquille.

  • Repos

Un jour par semaine, je me lève à mon rythme et Mister B s’occupe des enfants et les emmène à l’école ou à la garderie s’il doit partir plus tôt. Là, le rituel, le jour fixe, prend tout son sens, avec la répétition, les enfants (et Mister B) ont intégré et maintenant tout ce petit monde vit très bien sans moi. Sans jour fixe le repos passe à l’as car il y a toujours quelque chose, alors que si c’est programmé, c’est respecté!

  • Gestion de l’entreprise

On a tâtonné. Maintenant le concept c’est un peu chaque jour. C’est facile de trouver 3 minutes chaque jour pour faire un reporting, alors que c’est lourdingue d’y consacrer 3 heures par semaine. Le faire tout le temps pour ne plus jamais le faire.

  • Le couple

Le week end on se prévoit une soirée en amoureux. Ca peut être chez nous. On sait (c’est noté!) que ce temps là est pour nous, pour se retrouver, papoter autour d’un verre. Une fois par mois, on prévoit une sortie. lorsqu’on relâche sur le planning, le temps file et il peut se passer plusieurs mois sans qu’on se soit accordé de temps à l’extérieur et qu’on ait appelé la babysitter.

  • Vie sociale et projets

La structure (choisie) offre du temps pour tous les domaines, sans laisser l’urgent prendre le pas sur l’important.

En fait, les routines servent à s’offrir du temps pour toutes ces petites choses qui font se sentir vivant. Pour inclure la nouveauté, on peut commencer petit et augmenter au fur et à mesure. Et commencer par ce qu’il semble le plus facile et faisable.

Et vous, quelles sont les routines qui vous embellissent la vie?

20160518_065550

DOIGTS DE FEE

Calendriers de l’avent (DIY rapide)

Comme chaque année, j’ai pris plaisir à bricoler un calendrier de l’avent pour les enfants.

Deux en fait.

Ils auront chacun le leur avec une papillote quotidienne. Pas d’embrouille pour savoir qui ouvrira chaque jour.

J’avais très envie de proposer un calendrier de l’avent familial avec des petits « bons pour ».

bon pour décorer le sapin, faire des sablés, des clémentines piquées de clous de girofle, bref les activités traditionnelles du mois de décembre.

C’est une chouette occasion de les aider à prendre conscience de l’extra dans l’ordinaire.

Je sais que les papillotes ont vraiment la côte, et le mois de décembre est plutôt chargé alors j’ai renoncé, ne sachant pas si je pourrais honorer chaque jour les bons prévus avec notre organisation qui nécessite un peu de flexibilité.

Les petits bons seront donc distribués en bonus, on va pas se coller la pression!

Côté réalisation, j’ai opté pour du rapide, facile et pas cher.

Les années précédentes j’avais fabriqué des petites maisons, c’était vraiment beau mais cela nécessitait pas mal de temps (davantage que pour les deux calendriers réunis)

MATERIEL UTILISE:

  • Calendrier de l’avent de Grand bonheur:

Papillotes + Rouleaux de papier toilette peints: on a utilisé ceux qui ont servi au chamboultou pour ses cinq ans, rien ne se perd, tout se recycle et plutôt deux fois qu’une !

  • Calendrier de l’avent de Jolie douceur

Chutes de Kraft + masking tape de Noël (HEMA mais on en trouve partout) + papillotes + étiquettes

Un grand bâton du jardin, de la corde et des pinces à linge pour accrocher le tout.

Vous pouvez aussi utiliser un petit panier où mettre les sachets, c’est vous qui voyez

J’ai confectionné 23 sachets et 23 pochettes + un père Noël commun à ouvrir le 24.

Voilà vous savez tout! J’ai hâte de voir la tête des enfants quand ils découvriront ce qui les attend au retour de l’école!

20161201_15002320161201_150058

LA VIE EN PLUS JOLIE

Le meilleur de Novembre

Novembre l’organisation parfois bancale, la fatigue colossale, l’envie qui va et vient, les milliards de choses dans la tête, les matins frais et puis le joli dont on veut se souvenir.

Novembre et les chouettes moments en famille, dont cette balade où les enfants s’en sont donné à cœur joie, sur leurs vélos.

Novembre et plein d’invités.

Novembre et un weekend entier  avec les neveux et nièces. Leur faire découvrir le goût des burger maison.

Novembre et la bourse aux jouets pour faire le plein de livres et deux trois bricoles qui viendront se glisser sous le sapin.

Novembre et ses cinq ans, fêtés avec les copains et en famille.

Novembre et la créativité, le plaisir de bricoler pour eux ou pour moi.

Novembre et le calendrier de l’avent. Commencer tôt, finir au dernier moment.

Novembre et les lectures doudous: La petite boulangerie du bout du monde, dont je n’ai fait qu’une bouchée et qui donne drôlement envie de faire un pain!

Novembre et les couleurs dingues, les feuilles qui tombent et les arbres qui se dénudent.

Novembre et le semi d’épinards, à quatre mains avec ma mère.

Novembre et les balades au parc de la tête d’or à chaque passage à Lyon. M’émerveiller encore systématiquement.

Novembre et les petits plats mijotés: chili con carne, lasagnes et veloutés. L’envie de cuisiner qui revient à pas feutrés.

Novembre et le challenge photo by flow sur IG, tellement inspirant ces petits plaisirs d’automne!

Novembre et un ciné en famille, Vaiana la légende du bout du monde, enchanteur à souhait.

Novembre et les moments pour moi: une visite commentée au MAC pour l’expo Wall Drawing et un méga coup de cœur pour l’œuvre « dans ma tête », une chouette rencontre avec une copine de blog, et une soirée avec mes collègues et amies pour finir le mois dans la joie!

20161107_075121

20161110_112345.jpg
plateau sensoriel pour adulte!
20161117_104701
Parc de la tête d’or Lyon

 

20161101_143751.jpg

20161106_122324.jpg
Burger maison
20161112_090628.jpg
jouer