LA VIE EN PLUS JOLIE

10 petites choses #12

20181112_075823.jpg

Dix petites choses qui rendent la vie jolie

1/ Trois jours à Toulon, avec une amie et mon bébé. Rencontrer Amma

2/ les traditionnelles citrouilles d’halloween que les enfants préparent avec leur papa

3/ m’enrouler dans mon étole si douce à la moindre occasion

4/ me lever pile en même temps que le soleil

5/ préparer 2019 qui s’annonce pleine de beaux projets

6/ la délicieuse cuisine de resto-michto découverte à Lyon. Une rémunération basée sur le Don bienveillant, j’adore!

7/ préparer un bel anniversaire pour les sept ans de Grand bonheur.

8/ la fin de mon défi des 100 jours, le défi Magie.

9/ mon cache coeur Antoine et Lili et sa couleur bleu pétrole qui me fait waouh

10/ les matins calins collés serrés tous les cinq avant de démarrer la journée. Ce moment remplit chacun de nous.

 

LA VIE EN PLUS JOLIE, VOYAGES & BALADES

Un weekend d’automne

En octobre nous sommes partis en weekend.

C’est un cadeau que j’aime bien pour mon anniversaire . Avec des fleurs. Deux valeurs sûres,  qui me plaisent à chaque fois.

La campagne Beaujolaise regorge de coins magnifiques.

En automne les vignes se parent de couleurs chatoyantes, c’est sublime.

A une heure de Lyon il est possible de prendre le temps de  se laisser vivre, se faire servir le petit dej comme des rois, de s’offrir de belles balades dans les bois, de cueillir des châtaignes, des noix,  de discuter au calme, avant de récupérer les aînés chez les grands parents et de laisser place à la vie trépidante de notre famille nombreuse.

C’est chouette de découvrir ce qu’il y a de beau dans notre région et de se ressourcer sans aller très loin.

Si on m’avait dit il y a quelques années que cette simplicité là me comblerait…

Jusqu’à présent nous partons avec notre bébé que j’allaite encore.

Nous avons été bien accueilli partout où nous sommes allés.

J’adore voir la complicité se renforcer entre son père et lui et leur lien d’attachement devenir de plus en plus solide.

Ces moments à trois sont autant d’occasions particulières de vivre des moments privilégiés et c’est précieux quand  on a plusieurs enfants.

Ce weekend nous étions à Chiroubles, dans une maison d’hôtes avec une vue époustouflante sur la campagne environnante .

Nous apprécions le côté humain des chambres d’hôtes qui apporte un réel supplément d’âme au séjour je trouve.

20181014_074804
levé de soleil sur Chiroubles

20181014_104122

20181014_153847

20181014_122653

10 PETITES CHOSES, LA VIE EN PLUS JOLIE

10 Petites choses #11

Dix petites choses qui rendent le quotidien doux et joli, qui connectent à la gratitude et au bonheur.

IMG_20180923_135311_366 (1).jpg

1/ La livraison du bois vendredi matin, à l’heure du petit déjeuner.C’est un grand moment pour notre famille, qui marque le changement de saison. Les enfants étaient émerveillés et ont aimé participer au rangement le samedi.

2/ Mon bébé qui sourit au réveil, gazouille, gratte tout ce qu’il touche

3/ Un samedi après midi libre et une bonne coupe chez mon coiffeur lyonnais préféré. Faire renaître la femme!

4/ Le jardin qui nous offre chaque jour quelque chose, roses, tomates, concombres et aromatiques.

5/ Le magazine Druidéesse. Il est beau, inspirant. J’aime beaucoup

6/ Mercredi avec les enfants. Il faisait beau, nous sommes partis à Lyon au pied levé, passer la journée au parc de la tête d’or.

7/ Les dahlias en fleurs, un régal de couleurs pour les yeux.

8/ Les repas dehors. Fin septembre on adore vivre encore comme en vacances.

9/ Les tournesols achetés au marché qui illuminent la maison

10/ Les siestes avec le Petit morceau blotti près de mon cœur.

 

 

 

 

maternité

Reconnexion

20180821_155421.jpg

Le lien d’attachement s’est instauré très vite et très fort avec le Petit morceau.

Les temps de repos pendant la grossesse, les bains, les méditations de cœur à cœur, la naissance rapide et indolore, le babymoon qui a suivi y ont sans doute contribué.

Les journées (et parfois les nuits) collés serrés, l’allaitement et le cododo qui se sont imposés, comme une évidence, ont rendu les débuts de notre relation faciles, fluides.

Le Petit morceau m’offre l’expérience de la maternité apaisée.

Je suis heureuse d’être à ma juste place, à une place si privilégiée, aux premières loges.

Je ne nie pas la difficulté, j’y étais préparée.

Et quand je me sens submergée par l’ampleur de la tâche (je suis mère de famille nombreuse maintenant!) je sais que j’ai besoin d’une sieste 😉

Le Petit morceau grandit et il a maintenant six mois et demi.

Je l’allaite encore mais plus de façon exclusive. Nous avons introduit des aliments solides et un biberon chaque jour.

Avant la rentrée j’ai ressenti ce besoin très fort, vital, de me retrouver, moi. Mon corps rien que pour moi, ma vie, ma vie de femme.

J’ai expliqué et préparer le terrain, avec toute la famille.

Je m’offrais des moments de repos et de reconnexion à la maison, mais j’ai soudain eu envie d’aller à l’extérieur.

De retrouver mes copines, des activités à moi, en + de ce qu’on partage ensemble à deux, à trois, quatre ou cinq.

Cet été j’ai fait des petites balades, seule sur la plage en écoutant le silence et le bruit des vagues.

Dimanche je me suis fait ma première toile post natal.

Je me suis sentie libre et en même temps, il y a un côté étrange, inhabituel, les premières fois, lorsque je me retrouve sans mon bébé.

Je l’avais ressenti aussi avec mes aînés.

Cette étape aussi intime qu’universelle, fait partie des phases post natal et demande d’être accueillie par la famille.

Je n’avais pas envie de précipiter les choses, je savais que ça viendrait au moment opportun.

Je suis revenue rayonnante de joie, avec l’envie profonde d’être avec eux. Mon homme et mes enfants.

S’éloigner quelques heures permet parfois de retrouver l’élan, la fraîcheur et la gratitude pour ce qui peut devenir banal, acté, ordinaire.

Ces quelques heures sont un cadeau pour moi dont ils bénéficient.

Nos moments ensemble, leur enfance, est un temps sacré dont je ne me lasse pas.

Certaines situations demandent d’explorer mes ressources personnelles et de trouver des solutions nouvelles et créatives.

J’ai besoin parfois d’être seule (sans eux) pour prendre du recul et revenir avec une belle qualité de Présence.

J’ai quelques rendez vous notés sur le calendrier familial. Pas tant que ça.

Cette fois, le simple fait de savoir que j’ai le choix, que cela est possible, suffit pour que je me sente libre.

ETATS D'ESPRIT DU LUNDI

Etats d’esprit du lundi #14

Jour: Lundi 4 juin 2018 – Heure 18h05

Fatigue: oui, comme souvent après le weekend!

Humeur: amoureuse

Condition physique: beaucoup de marche, un peu de piscine et des petites courbatures post rééducation abdominale

Food: fraises & chantilly

Kids: les grands sont au taquet pour le fameux mois de Juin avec son programme festif, le petit m’offre des nuits d’un trait

Love: a booké le baby sitter et réservé un restau au cadre enchanteur. Les choses sérieuses reprennent 😉

Sorties: Expo Le Carnaval des animaux au parc de la tête d’or et sublime parc des oiseaux à Villars les Dombes qui a plu à toute la famille

Amies: prennent leur envol vers de nouveaux projets

Envies: de me célébrer, d’une jupe longue blanche, de faire sécher des fleurs comestibles (pour des salades), d’installer un 2e carré potager (on est 5 maintenant!), de faire la fête, d’écouter de la musique live, d’écrire, que tout soit propre, de célébrer la nouvelle lune qui arrive.

Culture: cf sorties

Courses: faîtes ce matin

Zic: Ce morceau

Retrouvez les états d’esprit du vendredi chez Zenopia et Postman dont je me suis librement inspirée

20180610_130117.jpg

ETATS D'ESPRIT DU LUNDI

Etats d’esprit du lundi #13

Jour: lundi 28 mai 2018 – Heure: 12h

Fatigue: ça va, les nuits sont bonnes et le réveil tétée bien géré

Humeur: Excellente

Condition physique: je rentre dans un short d’avant la grossesse, ça booste le moral!

Food: tagliatelles

kids: Nous passons de chouette moments ensemble. Balade, créativité, jeux. Et le petit morceaux souri à tout va, bonheur!

Amitiés: m’envoient plein de cadeaux.

Love: prends le relais dès qu’il est là. Je connais ma chance de vivre aux côté d’un homme si généreux et dévoué.

Sorties: des balades dans la nature

Courses: On consomme moins, on utilise ce qu’on a .

Culture: quelques videos avec des méditations guidées sur YouTube, ça compte?

Envie: d’envoyer les derniers faire part de naissance, de rempoter la lavande reçue pour la fête des mères, de me baigner, de pic niquer au bord de l’eau, de découvrir les cascades de l’Ain, d’inviter des amis et d’ouvrir officiellement la saison des bbq, de me délester de quelques kilos, de commencer le défi des 100 jours version magie

Zic: Ce morceau que les enfants adorent et qui ouvre le cœur.

Bonne semaine!

Retrouvez les états d’esprit du vendredi chez Zenopia et Postman dont je me suis librement inspirée

20180419_065943.jpg

ETATS D'ESPRIT DU LUNDI

Les états d’esprit du lundi #10

20180414_162530.jpg

Jour: Lundi 16 avril 2018 – Heure 10h01

Fatigue: présente! le weekend avec les enfants n’a pas été de tout repos

Humeur: Excellente: une semaine ensoleillée s’annonce

Food: un smoothie banane lait de noisettes au petit dej

Condition physique: le dos en vrac. Un RDV post partum chez l’osteo s’impose

Esprit: Très créatif! Des photos, des petits plats colorés, des collages

Culture: J’ai lu et aimé Ame de sorcière d’Odile Chabrillac dans lequel on se retrouve tellement, Flow et Inexploré. J’ai revu le Saint et quelques vidéos sur Inrees Tv

Kids: Pendant que je cajole le tout petit, les grands entament leur deuxième semaine au centre aéré. Ils adorent et font plein d’activités et de belles sorties.

Amitiés: de belles synchronicités

Love: une semaine de boulot pleine d’aléas

Sorties: une grande balade au parc de la tête d’or et une autre dans notre village. Que c’est bon de marcher et de prendre l’air!

Courses: cette semaine je me suis offert mes produits de beauté chouchous et j’ai pris le temps de me masser chaque jour. Mon corps a besoin d’amour!

Envie de: salades parsemées de fleurs comestibles, d’apéros en terrasse.

Zic: Ce titre Grand corps malade

Retrouvez les états d’esprit du vendredi chez Zenopia et Postman dont je me suis librement inspirée

10 PETITES CHOSES

10 Petites choses #10

Hop hop hop c’est parti: 10 choses qui font pétiller le quotidien

1/ Consigner encore et encore, chaque jour depuis janvier mes moments merveilleux, ceux qui rendent la vie jolie, comme le fait Camille. Ce prend deux minutes chaque soir et j’aime beaucoup les relire à la fin du mois et me prendre un bon shoot de gratitude.

2/ L’allaitement facile, évident, et ce lien lacté si doux

3/ Les violettes qui bordent la terrasse, les primevères à foison et les tulipes.

4/ Les moments passés avec ma mère à la maison avant et après la naissance du tout petit. Sa présence réconfortante et son aide précieuse pour notre famille désormais nombreuse.

5/ Avoir peu de temps pour moi mais du temps pour méditer chaque matin

6/ Manger exotique: un plat balinais, un byriani, une commande chez l’excellent chinois en bas de chez nous.

7/ Débuter le livre de Camille Sfez. Un bijou!

8/ Me balader à nouveau, renouer doucement avec mon corps

9/ Un mercredi entier en mode slow life avec les enfants

10/ Les lys blancs reçus pour Pâques qui embaument divinement la maison.

20180411_115934.jpg

 

maternité

Baby moon

Cinq semaines de baby mood, de baby moon.

Le temps s’est arrêté et les journées tourne beaucoup autour de lui.

J’aime observer les aînés avec leur petit frère, ils sont attentifs et d’une douceur extraordinaire.

Et Mister b avec nos enfants. C’est un père drôle, tendre, patient.

Observer l’amour qu’il leur porte – et l’amour des enfants pour leur père – me nourrit et enrichi notre relation, renforce notre couple.

Je suis émue de ressentir ces émotions, d’autant plus que nos début dans la parentalité n’ont pas été simple pour moi, pour notre couple.

Aujourd’hui la vie de famille nous renforce.

Peut etre que ce 3e est plus facile à vivre.

Une chose est sûre mon rapport à la maternité (m’)a changé.

Il y a six ans je trouvais certaines situations du quotidien avec un bébé contraignantes, stressantes. J’avais besoin de beaucoup d’espace personnel.

Aujourd’hui je vis cette aventure avec d’avantage de sérénité et de joie. Je me sens reliée à toutes les mères.

J’ai conscience de l’impermanence, je ne suis plus si pressée qu’il « fasse ses nuits », qu’il tète moins, qu’il grandisse, qu’il passe à l’étape suivante.

Je sais que cela viendra et que maintenant est doux, si doux, si parfait dans son imperfection, dans le joyeux bazar, dans l’improvisation des journées collés sérrés et des soirées en solo avec mes trois.

J’ai arreté de courir après l’après pour aimer tout de suite.

Je les osberve, mes trésors, ma famille, ma plus précieuse richesse. Je suis emplie de gratitude de vivre entourée de si belles âmes.

Finalement être mère de trois enfants me semble plus évident que lorsque je n’avais qu’un seul enfant, que je ne savais rien, que je n’étais pas aussi connectée à mon instinct et à mon ressenti.

Le tout petit a besoin de présence, qu’il aime encore tant se lover contre mon cœur, alors je le berce de tout mon amour et je m’impregne de son odeur de bébé. Je nous offre le temps de vivre ces moments là, pleinement, sans précipitation.

L’essentiel est là, ses quatre kilos et quelques près de moi.

20180411_112038.jpg

maternité

45 minutes de sieste

Mercredi.

Grand bonheur a débarqué dans notre chambre à 6h30. Ca faisait longtemps que ce n’était pas arrivé. J’aurais bien dormi deux heures de plus…

J’ai réussi à prendre une douche, affilié le petit à la mutuelle familiale et préparer à manger pour midi entre deux tétées, avant d’aller récupérer les enfants à l’école.

Le chemin du retour est laborieux. Grand bonheur couine, la fatigue se fait sentir de son côté. Il me parle de ses cartes Pokemon. Il rêve de la collection entière. La fatigue se fait sentir de mon côté.

Je sors le petit dernier du manduca et il se met à pleurer au moment où on passe à table.

Le téléphone sonne deux fois, je ne réponds pas, le niveau sonore est trop élevé.

A la fin du repas je me sens dépassée.

L’aide ménagère est venue hier et la cuisine est sans dessus dessous. J’empile les assiettes sales.

Les vêtements et les chaussures trainent dans l’entrée. Il y a une machine à plier et une autre à mettre en route.

Mais pour l’instant, le petit troisième me réclame.

Le Grand couine encore. Tous ses livres d’activités sont tombés du casier de son bureau, il y en a partour par terre. Argh!

Je m’allonge avec mon bébé pendant qu’il tête.

J’encourage mon Grand à ranger puis à venir s’allonger un quart d’heure à côté de nous.

Je n’ai rien à prouver.

Je n’ai pas à être la mère parfaite, l’épouse parfaite, la femme parfaite, l’amie parfaite.

Pas d’obligation à ce que la maison soit parfaitement propre et rangée à tout moment. Pas d’obligation à répondre dans la seconde quand on m’appelle ni à me justifier de ne pas y arriver.

Je laisse tout en plan.

Je ne propose pas d’activités manuelles.

J’autorise les grands à regarder un petit dessin animé pendant que je fais une sieste avec le petit lové près de moi.

Après ça, tout va mieux.

Tout redevient fluide, facile et joli. Alors que le mercredi aurait pu partir en vrille, tout rentre dans l’ordre après 45 minutes de sieste.

La logistique est gérée en trente minutes.

J’ai le temps de bouquiner un peu pendant que Jolie douceur est chez une copine et Grand bonheur à son activité. Le petit dort encore. Je réponds aux messages laissés ce midi et aux invitations en suspend.

Je me sens sereine, humaine et forte. Fière de moi, du chemin parcouru. Ma vulnérabilité m’enseigne le respect, l’écoute de mes besoins, la douceur pour moi même.

Je regarde les enfants jouer, le petit dans les bras de son père.

 

Je souris. Je suis là où je dois être.

20170317_115508