LOVE LOVE LOVE

Notre Saint Valentin

20170214_133210.jpgCette année, nous célébrons la Saint Valentin de façon particulière. En mode pur plaisir, collect moment not things!

Le bonheur passe par l’expérience, plus que par l’objet, même si j’aime ce qui est beau, le luxe, les symboles riches en valeur, et bon, oui, aussi les fleurs et les mots doux.

Bref…

Mon amoureux a une passion dont il connaît les aspects techniques sur le bout de doigts. Alors j’ai proposé qu’il se fasse lui même son cadeau, qu’il se choisisse ce qui le fait vraiment kiffer.

Et qu’il s’offre du temps libre pour apprécier et pratiquer sa passion, tout au long de l’année.

En parallèle, j’ai pris RDV chez le coiffeur et le 14 février c’était la seule date qui collait. Soit!

J’avais envie d’un massage, d’offrir du temps et de l’amour à mon corps qui donne tant, à qui j’ai tant demandé ces dernières années.

L’aimer tel qu’il est et le chouchouter. L’observer, l’accepter et faire la paix.

L’accepter dans son imperfection, dans sa perfection, avec son histoire, ses courbes, ses zones souples et celles (très) tendues. Et les vergetures. Parce que tout ça c’est moi.

Le massage est une expérience assez intime, et il m’a fallu plusieurs années pour oser franchir la porte d’un institut.

Il y a 8 ans j’avais reçu mon premier coffret et je n’avais pas osé y aller. Par pudeur.

Et puis la parentalité m’a transformé; sur bien des plans d’ailleurs.

On m’a offert des massages à des moments clés : pour mon anniversaire alors que j’attendais notre premier enfant, après la naissance de notre fille (quel beau cadeau pour jeune une maman), et pour mes 30 ans.

Cette fois ci je n’ai pas attendu qu’on me le propose, je me le suis offert à moi même, j’ai choisi un bel institut, un massage Lomi Lomi et j’ai choisis mon RDV, pour la Saint Valentin.

Ce n’est pas rien de se mettre nue, de confier son corps, s’abandonner face à un(e) inconnu(e).

Mes mains, mon ventre, sont des zones fragiles, sensibles.

Je me suis répétée un mantra, pour canaliser mon mental, lâcher prise sur l’extérieur, revenir à moi, à mes sensations, pour apprécier l’expérience profondément et accéder à une relaxation divine..

A la fin, j’ai savouré un thé dans un calme ouaté, celui du salon, et le calme à l’intérieur de moi.

Dire avec une confiance nouvelle, non merci je ne prendrai pas les produits proposés.

Et me surprendre encore +, en osant planifier un RDV le mois prochain.

Laisser les cuirasses, les armures, me réconcilier, avec chaque part de moi, en douceur et accepter qu’il me faut encore un peu de temps pour m’aimer en totalité.

Dire ciao à la culpabilité, oser apprécier ce présent, ce temps libre, l’honorer, alors qu’autour de moi tout va si vite et que les autres travaillent à fond aujourd’hui.

En sortant j’ai été marcher au parc avant de retrouver mon amoureux, à la fin du service.

Cette année, pas de roses, de restau en tête à tête, de champagne ou de bijoux.

Rien de tout cela, mais le plaisir pour soi et la joie du quotidien et la gratitude pour notre vie.

Une heure tous les deux, à se parler vrai.

Partager un goûter tous les quatre, avec nos deux enfants, à 16h45 à la maison et des petits gâteaux préparés par ses soins.

Sa soirée il l’a passe au boulot, dans le restaurant, son restaurant, notre restaurant, dont il a si longtemps rêvé.

Et moi à veiller sur notre famille, régénérée par cette journée.

Je nous sens connectés, si fort, il est là pour moi, pour nous, absent ce soir mais tellement présent et investi pour que tout cela soit notre réalité.

Alors voilà c’est la Saint Valentin, la fête de l’amour, de l’amour de Soi, de l’amour qui rayonne de moi à lui, de lui à moi.

LA VIE EN PLUS JOLIE

Etre une femme

J’ai lutté, ne rentrant pas dans les cases de cette société dominée par le contrôle, par les hommes, par les trucs à prouver.

J’ai cherché, cherché, cherché, je me suis épuisée.

J’ai abandonné, tout donné, au propre comme au figuré.

Et j’ai trouvé, c’était une telle évidence. Là, partout.

Je suis une femme.

Je ne suis pas faite pour lutter, pour me battre, pour gagner, pour avoir raison, pour posséder. Je suis forte dedans, fragile dehors..

J’aime offrir, que ce soit joli, possible et gratuit, j’aime à volonté, j’aime faire confiance, j’aime en quantité, je n’ai que faire de tous ces chiffres qui ne m’ont jamais intéressée. J’ai toujours préféré les lettres qui m’envoient bien plus de rêves!

Je n’aime pas les sports pour gagner, je laissais volontiers ma place à ceux qui avaient envie de jouer à ce jeu là.

Ce prof d’EPS m’avait dit que je n’étais pas combattive, que je ne ferai rien de ma vie. Ici je lui dit aujourd’hui je ne suis pas un guerrier Monsieur, et à chaque fois que je me suis battue, contre l’univers, contre moi-même, j’ai perdu.

Moi j’aime jouer pour le plaisir, pour m’amuser. Je ne joue pas ou je mise tout. Ca ne marche que lorsque je me fais confiance, que je suis mon intuition, même et surtout si ça paraît insensé, improbable, impossible. L’intuition n’est pas faite pour être raisonnable. Chacun son job 😉

Je n’ai pas besoin de savoir combien pour me sentir en sécurité.

J’ai besoin de beau.

De l’eau, d’air, de terre, de feu, d’un toit, de toi près de moi, d’une couverture douce, d’une attention délicate, d’un bouquet de mimosa dans la maison, de câlins, de bisous, du chant des oiseaux, du levé du soleil et de la lune qui guide quand il fait noir, des étoiles filantes pour faire des vœux, de saisons qui changent pour ne pas m’ennuyer, de passer des larmes au rire, d’explorer mes émotions et de les vivre à fond, de mots doux dans mes oreilles et de dire haut et fort des je t’aime.

Je préfère le pourquoi au comment, la solution au problème. Pas parce que l’un est mieux que l’autre, ils se complètent, l’un ne va pas sans l’autre.

Je préfère mes trésors sans valeur à l’argent qui dort et qui s’entasse, ça on s’en lasse.

L’argent je l’aime pour le donner, le faire circuler, pour créer, pour offrir à l’autre le plaisir de se sentir riche, si c’est de cela dont il a besoin.

Mes trésors sont là, dans mon cœur, autour de moi, accessibles, abordables et gratuits pour qui sait les voir.

Mes trésors sont si précieux, d’une valeur inestimable, qu’aucun homme, ni aucune femme, ne pourra jamais mesurer en terme de quantité, parce qu’ils ne sont pas fait pour ça, ils sont là pour être kiffés, c’est tout.

Ca me va. C’est OK. Je vous laisse le KO si c’est ce que vous préférez, on a tous le choix, c’est le libre arbitre, il n’y a personne d’autre que soi pour se juger.

Je vous laisse le choix, avoir raison, je n’ai rien, je remercie pour tout ce qui m’est confié, je ne suis là que de passage, pour m’amuser.

Je suis une femme, c’est très simple.

Je ne compte pas.

Ou plutôt j’aime sans compter.

Et au final l’ironie de la vie fait que c’est en acceptant de ne plus compter du tout que je compte plus que tout.

Je me suis reconnue, et aimée telle quelle, sans rien vouloir changer. Et alors tout change.

Alors c’était juste ça? J’ai cherché si loin, et j’étais si près, j’étais là.

Putain c’est juste divin!

20160724_085616.jpg

LA VIE EN PLUS JOLIE

Tout change

Une fois par an, nous faisons le point avec l’avocat très compétent, qui nous accompagne dans les formalités de notre société.

Cette année il n’était plus là, il a pris sa retraite.

Sa remplaçante est à l’écoute, simple, abordable, efficace, brillante.

On se comprend.

Elle nous parle à tous les deux et me regarde aussi. Ca veut peut être rien dire pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup.

Elle me demande ce que je fais en ce moment. Je dis que je suis dans une période où je ne travaille pas. Enfin c’est pas tout à fait ça…

Comment expliquer en deux mots tout ce que je fais de façon gratuite, pour kiffer mon quotidien, tout en offrant à mon mari la possibilité de mettre en valeur son talent, et cela en respectant notre équilibre familial ?

Je médite chaque matin pour l’amour et l’éclosion des meilleurs potentiels de l’humanité, je prends soin de moi,

je planifie les anniversaires, les weekends en amoureux (si on ne planifie pas on peut en reparler dans 6 mois)

je vois mes amies, je tisse du lien, je fais de nouvelles rencontres, je me régale,

j’apprends la botanique, j’écris, je lis

je me suis mise au tricot,

je confectionne des sels de bain et je les offre,

je m’occupe des enfants, les prépare chaque matin, les emmène et vais les chercher à l’école à 16h30 et 11h20 le mercredi,

Je prépare les repas, pense à racheter des chaussettes taille 27, veille à ce qu’il reste une bûche de bois en haut pour le matin au réveil, en même temps, puisque j’y suis, je remonte des bières, ça fera toujours plaisir. Mille autres détails logistiques internes invisibles (enfin visibles s’ils ne sont pas accomplis). Heureusement mon mec est tout aussi impliqué.

Je gère les papiers du restau (aucun client ne remarque que les salariés et fournisseurs sont payés sauf si on ne le fait pas puisque l’entreprise coulerait),

Je propose des idées, pour notre entreprise, je recommence autrement et plus tard quand il me dit non et que pourtant ça me semble juste. Je les explique tout en le laissant décider et s’approprier l’idée. Les idées germent et quand mon homme voit la pousse alors la lampe s’allume.

Je fabrique du bonheur pour chacun de mille et unes minuscules façons comme m’a grand mère et tant d’autres me l’ont appris par l’exemple vivant.

Je rêve aussi de mon monde parfait car c’est ainsi que je plante les graines de demain.

Je lui offre par ma présence du temps pour se reposer et du temps pour lui, car cela est essentiel et nourrissant.

Et j’ai accepté cela, le travail dans l’ombre, la vie d’une femme au foyer (ou chômeuse ?!), pleine de richesses, pour qui sait les voir (il m’a fallu du temps…) parce que ce sont toutes ces petites choses qui sont précieuses et qui font tenir le reste debout.

J’ai accepté d’œuvrer en faveur de l’amour, quitte à ne plus être « rentable » parce que cela nous apporte plus et que les avantages sont, pour nous tous, pour le moment supérieurs au simple salaire que je pourrais apporté.

J’accepte d’être ce que je suis et c’est tout , et enfin, enfin, considérer que c’est assez.

J’accepte que tout change et que c’est une période où j’apprends, je facilite la vie des autres et leur offre la possibilité de briller parce que c’est ce que je fais le mieux et ce qui me semble juste. Qu’ai je de mieux ou de plus important à faire qu’aimer?

J’ai appris à trouver une certaine autonomie et liberté dans cette vie là en voyant le beau, tout ce qu’il fait pour moi, pour nous, son implication dehors comme dedans.

Et j’ai découvert la force de la sororité, ce lien qui unit les femmes, ce lien fort, quand ça va pas fort, qu’on est lasse et fatiguée, on appelle une copine, on se confie, on vide le sac (mais bordel comment se fait il qu’il soit devenu si lourd?!), on pleure, on rit et ça repart le cœur léger!

Bref pour faire simple, on est pas chez l’avocat pour parler de ma vie, mais de celle de notre société (énorme le miroir quand j’y pense), je dis que je ne suis pas salariée pour le moment.

Elle me dit: ah vous vous occupez de vos enfants de quatre et cinq ans et ce n’est pas rien, surtout avec un mari cuisinier.

Si elle savait.

J’en avais presque les larmes aux yeux.

En fait elle savait…

J’ai dit merci.

Et je réalise que ne connais même pas son nom…

20160713_071754.jpg

LA VIE EN PLUS JOLIE

10 Petites choses #2

Coucou c’est lundi! C’est reparti pour 10 petites choses qui mettent du baume au cœur.

1/ Mon fils, cinq ans, au réveil, le jour de ma fête (sans le savoir): Maman je t’aime de tout ce que je peux, aussi fort que les crêpes et le chocolat. Fondance.

2/ Le thé chez mon patron devenue amie, sa douce compagnie, nos rires, sa fille qui gazouille, le thé bien chaud alors qu’il fait -5 dehors, la vue de son salon, qui donne sur le parc. Et nos échanges qui nous enrichissent. J’aime. J’aime. J’aime

3/ Les créations en attrimaths de ma fille de presque quatre ans. Sont imagination débordante et son talent.

 

20170121_094531
Tigre et ruche attrimats

 

 

4/ La boutique où je viens pour dire bonjour et où je pars systématiquement avec des trésors. La gentillesse infinie et la passion de la gérante me touchent à chaque fois.

img_20170114_194542_896

5/ Le petit conte Jonhatan Living Stone le Goéland de Richard Bach, qui se lit tout seul et qui donne des ailes.

20170123_101817

6/ Le Reiki qui reprend sa grande place dans ma vie

img_20170122_125007_434

7/ Mon étole si douce et extra enveloppante, en cachemire.

8/ La grosse livraison de bois, un matin d’hiver glacial. La qualité du bois, la gentillesse du livreur, qui a accepté de faire un crochet dans sa tournée, pour nous livrer pile quand on en avait besoin.

9/ Les soldes chez Monop et chez Fanny une maman du village qui fait tourner les vêtements de sa fille.

10/ Avoir dans la tête cette chanson un lundi matin, y voir un signe et l’accueillir le cœur ouvert!

Je vous souhaite une belle semaine

 

LA VIE EN PLUS JOLIE

Mes voeux pour 2017

20161230_160808

Pour cette nouvelle année j’ai envie de vous souhaiter tout le bonheur du monde et la joie d’être vous-même!

C’est devenu une tradition, chaque année, le 1er janvier, nous faisons des vœux.

Rêver à ce que l’on souhaite voir se réaliser plutôt que de prendre des résolutions qui font culpabiliser.

Chacun à son tour, autour de la table nous avons répondu à la question « Si tout était possible, que souhaiterais tu en 2017? »

C’est tout bête, mais en décembre, en faisant le bilan de l’année écoulée on s’est marré. Des trucs qui nous semblaient complètement dingues se sont réalisés  (presque) « comme par magie ».

Je sais que la vie est pleine de surprises, qu’il existe des rencontres, des situations, des choses merveilleuses auxquelles je n’aurai pas pensé alors je reste open et je souhaite l’amour et les kifs à volonté!

Célébrer chaque jour, régaler mes sens.

M’aimer, aimer, kiffer, rayonner, être qui je suis, manifester mes meilleurs potentiels, faire ce que j’aime.

Et vous que (vous) souhaitez-vous?

img_20161231_171553_224

 

 

LA VIE EN PLUS JOLIE

Elle m’a appris

Elle m’a appris plein de comptines pour enfants et de chansons pour les vieux

Elle m’a appris l’alphabet et les tables de multiplications en chantant

Elle m’a appris la gentillesse en étant l’exemple vivant

Elle m’a appris la valeur des petits objets confectionnés amour

Elle m’a appris le plaisir d’offrir

Elle m’a appris la patience et la douceur

Elle m’a appris l’importance de ranger et de s’organiser

Elle m’a appris à faire une sauce vinaigrette

Elle m’a appris le goût incomparable des haricots verts frais

Elle m’a appris à cuisiner des produits frais

Elle m’a appris qu’il faut avoir chaud aux pieds, sinon on a froid partout

Elle m’a appris à dire merci, parce que ça fait plaisir

Elle m’a appris que la curiosité peut être une qualité

Elle m’a appris que s’il pleut à la saint Médard il pleuvra quarante jours plus tard

Elle m’a appris que ce qu’il faut savoir se trouve dans l’almanach du père benoît

Elle m’a appris qu’une maison fleurie est une maison joyeuse

Elle m’a appris à pardonner

Elle m’a appris la valeur de l’effort et le plaisir du travail accompli

Elle m’a appris qu’on peut apprendre à tout âge, qu’il n’est jamais trop tard

Elle m’a appris à écouter

Elle m’a appris à répéter

Elle m’a appris à persévérer

Elle m’a appris tant de petits trucs qui ne veulent rien dire pour vous, mais tellement pour moi

Elle m’a appris tant de façons d’aimer, de m’aimer, d’aimer la vie.

Mamie…

20160720_072944.jpg