LA VIE EN PLUS JOLIE, zèbre

A l’envers

Aussi loin que je me souvienne je me suis toujours sentie différente.

J’ai fait tant d’efforts pour rentrer dans le moule, pour être ce que je ne suis pas (un homme!).

Et puis j’ai compris.

Lâcher prise.

Etre ce que je suis, cultiver à fond ma singularité, mes visions. Voilà, mes visions semblent folles, illogiques, déraisonnables. Alors que la vraie folie c’est de se forcer à être ce qu’on est pas.

Ma force, ma richesse, mon trésor c’est d’être une femme.

Une femme intuitive qui aime créer. Tu me mets une graine minuscule dans la main et je vois les fleurs splendides de demain.

Quand on voit le possible à l’intérieur de soi, il se met à exister, même minuscule. Ce minuscule est précieux et fragile, il lui faut de l’amour, de la douceur et du temps pour grandir. Comme les enfants, en fait.

Tous les projets ont d’abord été rêvés, avant de devenir, en leur temps, réalité.

Le ressentir si fort dans mes tripes et alors là les coïncidences de conte de fées arrivent dans tous les sens. Les rencontres, les messages, les signes. Plus je suis mon intuition plus tout s’éclaire.

Merci à toutes les lumières qui m’ont menées jusque là, jusqu’à moi.

Je ne laisserai plus la place aux doutes, aux briseurs de rêves qui font mâles. Je me promets de m’écouter et de me faire confiance.

Je sais que je ne sais rien et que j’ai tout à apprendre.

Et qu’il faut parfois un petit temps pour que les autres voient ce que je sais déjà, à l’intérieur de moi. Il n’y a pas à convaincre, rien à gagner ou à perdre, oser, simplement oser être qui l’on est.

IMG_20170124_193826_276.jpg

LA VIE EN PLUS JOLIE, zèbre

I have a dream

J’ai un projet aussi fou que joli qui me trotte dans la tête. Les grandes idées naissent d’abord en rêves, n’est ce pas?

Les coïncidences s’accumulent, comme une voix qui me dit écoute, vas y, un pas après l’autre, fais toi confiance…

Et le rêve se précise, s’agrandit aussi.

Hier soir pour me vider la tête, j’ai brainstormé, posé les bases du business plan sur le clavier, en quelques heures, sans pouvoir m’arrêter.

Enfin par business plan j’entends les idées, parce que les cases chiffrées sont restées vides, ça n’est pas mon truc (les esprits comptables sont là pour ça, non?!)

J’ai listé le rôle de chaque partenaire.

Je n’ai pas réussi à définir le mien.

Out of the box, encore une fois, être zèbre et ne pas trouver la case qui me définit.

Les larmes ont coulé. Frustration.

Etre dans l’inquantifiable, aimer les idées, les assembler, trouver la combinaison (comme un puzzle) des best practices et des solutions winwin, rêveler le talents des autres et réaliser qu’une fois bouclé, je n’aurai de spécialisation dans l’action, dans la réalisation du projet.

Est ce un problème de ne pas rester dans les cases? Ou un accès pour les toucher toutes?

De toute façon ça m’ennuierait au bout d’un moment de me spécialiser, j’ai besoin de diversité pour me nourrir.

Il y aura bien toujours de la nouveauté à créer? De nouvelles idées à développer?

Mais comment quantifier? Quelle valeur poser?

Créatrice et pilote d’idées ça existe comme métier?

20160720_073111.jpg