LA VIE EN PLUS JOLIE

Mon rituel du bain

IMG_20170614_222713_069.jpg

Je préviens toute la famille, je ne suis plus là pour personne.

Je m’offre un moment cocooning.

Je fais couler l’eau, bien chaude.

J’allume une bougie.

Je choisis quelques pierres, une jaspe rouge, un cristal de roche, un quartz rose, que je pose sur le bord de la baignoire. J’ajoute un coquillage.

Pendant que l’eau coule, je vais cueillir une rose au jardin. J’hume son parfum.

Je ferme la porte à clé.

J’actionne la chaleur dans le porte serviette, pour avoir un drap de bain bien chaud quand je sortirai.

Je jette dans l’eau une bonne poignée de sels de bain maison à base de sel d’Epsom, de poudre de rose, de fleurs de Bach et de poudre de perlimpinpin.

Je me glisse dans l’eau chaude, je respire, je me détends.

Je bouquine un peu, je m’endors presque tant la relaxation est profonde.

Je m’offre un gommage au savon noir, j’insiste sur les pieds, ils ont besoin d’attention.

Je rince doucement, je me sens propre.

En moins d’une heure et sans sortir de chez moi je peux m’installer dans ma bulle de paix.

Les premières fois les enfants venaient tambouriner à la porte.

Maintenant ils savent que « maman prend un bain » signifie « tranquillité » et ils adressent toutes leurs demandes à leur père (qui lui aussi à assimilé!)

Je fais le vœu que ce petit rituel, que j’aime en particulier le dimanche, perdurera lorsqu’on sera cinq.

Parce que tout le monde y gagne 😉

 

 

LA VIE EN PLUS JOLIE

La rentrée, le nouveau cycle

Je l’ai aimé notre dernier été à quatre, entre jeux, repos, balades et activités.

Pourtant il n’y a pas de nostalgie en ce début septembre.

Grand bonheur, fait son entrée au CP. Il se languissait de l’école.

Jolie douceur est heureuse de retrouver ses copines, en moyenne section.

Lundi matin ils avaient chacun un cœur et une lune dessiné sur la main, pour se rappeler, en toute circonstances, que nous sommes reliés, et qu’en cas de blues, ils peuvent activer leur GPS dans leur cœur!

De mon côté, pour être honnête, j’apprécie de retrouver le calme de la maison et davantage d’espace personnel.

J’ai envie d’écrire, créer, mettre en place de nouveaux projets.

Et puis j’ai une machine à coudre qui m’attend depuis fin juillet, on va enfin prendre le temps faire connaissance toutes les deux!

Je vais retrouver mes amies, que je vois moins et différemment l’été.

Toutes ces femmes, aux personnalités et aux vies différentes, qui m’apportent tellement.

Je ressens le besoin de m’entourer de ces présences féminines qui me sont chères, en particuliers durant cette période un peu spéciale, qu’est la grossesse.

J’ai aussi besoin de temps pour structurer les mois qui viennent, poser un cadre, instaurer de nouvelles routines car il sera bientôt nécessaire de déléguer davantage.

Il ne s’agit pas de figer un emploi du temps, simplement de faire le point sur les priorités, aménager du temps pour tout, pour tous, et ensuite on a toujours la liberté d’apporter des modifications selon les besoins ou envies du moments.

Voilà, septembre, nous t’accueillons avec joie!

 

IMG_20170602_070725_774.jpg
Encore et encore la joie du Miracle Morning

 

LA VIE EN PLUS JOLIE

Rencontre de créateurs au Printemps des Docks

En avril dernier (oui, bon, nous sommes fin juillet mais qu’importe!), j’ai été invitée au Printemps des docks, à la sucrière à Lyon.

Objets déco, mobilier design, illustrations, belles matières, techniques inovantes, couleurs chatoyantes, il y en a vraiment pour tous les goûts.

Je ne suis pas une fan de salons en général (trop de bruit, trop de monde) mais j’y suis allée le matin, à l’ouverture, et c’était parfait pour découvrir ce pèle mêle d’ambiances et cette multitude de talents.

Les enfants étaient avec leur père, j’ai pu flâner tranquille et prendre le temps de discuter avec les créateurs, découvrir leur univers et leur façon de travailler.

L’accent était mis sur les créateurs de la région Rhône Alpes, et j’apprécie la démarche, puisque j’ai envie de consommation de plus en plus choisie et de plus en plus locale.

Un coq dans le transat, Pachamalu pour les bijoux, Sculpaper avec son fameux DIY licorne, Mirima, Dessine moi un soulier, pour n’en citer que quelques uns, mais il y avait aussi le talentueux Docteur Paper dont les affiches me font de l’œil depuis un moment ou encore mon coup de cœur Claire Gasparini avec un choix d’objets confectionnés avec des tissus tous plus beaux les uns que les autres.

Bref, c’était chouette, très chouette.

En attendant la prochaine édition, en Mars prochain, la liste des exposants est à retrouver sur le site du Printemps de Docks.

Je sais que certains d’entre vous sont friands de déco, que le made in France a la côte et c’est tant mieux, alors foncez…la plupart des créateurs ont un site pour commander et il y en a pour tous les budgets!

20170408_10184920170408_10190920170408_101941

LA VIE EN PLUS JOLIE

Se focaliser sur le beau

Les blogs, les réseaux sociaux donnent parfois l’impression d’un décalage avec « la vraie vie », le quotidien, le linge à laver, le frigo à remplir, les cheveux de travioles, les enfants qui se chamaillent… bref vous voyez le topo?

A certaines périodes on peut se sentir un peu « looser » face à cet angle de vue. Se dire qu’on rate un truc, puisque chez nous ça ne se passe pas toujours comme dans un catalogue.

Choisir, décider de voir le verre à moitié plein, de focaliser sur le joli, sur ce qui fait du bien est une philosophie.

Il ne s’agit pas de déni, on a le droit de dire qu’on en a marre, qu’on est fatigué(e), on a le droit d’avoir envie de plus d’équité, de se délester du poids de la charge mentale. Oui biensûr. On a le droit de se sentir dépassé(e), d’avoir besoin de soutien.

Et c’est tout à fait honorable d’accepter (de montrer) sa vulnérabilité. C’est une force. On est humain, avec nos fragilités, nos limites, nos imperfections. Tous.

Ceux qui « ont tout » connaissent aussi des challenges et des difficultés.

Au delà de ça, c’est un choix d’être optimiste, de se focaliser sur le kiff, sur ce qui est beau, ces petits moments qui font du bien, qui nourrissent et inspirent.

C’est un choix qui tire vers le haut que de se réjouir de ce qu’on a déjà, de se réjouir pour les autres autour de nous. C’est sain de ressentir de l’envie (qui est bien différente de la jalousie). L’envie offre l’impulsion joyeuse de la création, des projets.

C’est ainsi que je me connecte à la gratitude et que j’amplifie ma joie, que je la rayonne et la multiplie.

20160417_172308

 

LA VIE EN PLUS JOLIE, MAISON DU BONHEUR

Vivre dans une maison ça change quoi?

On me demande souvent si je suis toujours contente de notre choix de vie.

Oui, dix mille fois oui.

On m’avait dit « tu verras, une fois que tu auras déménagé tu te demanderas pourquoi tu ne l’as pas fait avant! »

Voilà trois saisons que nous avons quitté le très chouette quartier du parc de la tête d’Or pour vivre à 10km de Lyon, dans une maison, située dans un petit village.

Ca veut peut être rien dire pour vous, pour l’ex-pure citadine que je suis ça veut dire beaucoup…

Je suis rassurée d’être proche de la ville, avec un accès rapide à « tout ». Et j’ai le sentiment grandissant, au fil des mois, que « tout », est ici.

Oui les possibilités de sorties culturelles et les soirées ciné, théâtres, les conférences, ou que sais-je, sont limitées. Elles l’étaient déjà pour moi à Lyon, depuis la naissance des enfants, puisque mon amoureux travaille le soir et que pour sortir je faisais appel à une babysitter, de façon très ponctuelle.

Cela n’a pas changé. Enfin si le babysitter est moins cher et il faut le raccompagner 😉

Ce qui change, c’est que lorsque les enfants sont couchés, si j’en ai envie, j’ai la possibilité de sortir… dans mon jardin. Cela me suffit pour que je me sente libre et non plus enfermée.

Ce qui change, c’est que lorsque l’on vivait à Lyon, on avait très souvent besoin, de sortir de la ville, d’évasion, d’ailleurs, de weekends, d’escapade, de voyages. Je suis toujours heureuse de voyager et curieuse de découvertes mais le besoin s’est mué en envie, et c’est bien différent.

Ce qui change, c’est que j’aime vraiment rentrer lorsque l’on s’est absenté quelques jours!

Ce qui change c’est la façon de consommer. On n’achète plus les mêmes choses, les postes de dépenses évoluent. Les prix sont moins élevés pour les produits de consommation courante, alors qu’on est seulement à 10 km du centre de Lyon. Je ne réalisais pas que tout était si cher….

Ce qui change c’est qu’on a troqué les sushis du dimanche soir par des bbq et par les plats du Chinois du coin qui prépare tout à la commande. C’est un peu long, mais succulent.

Ce qui change c’est le retour de l’école. Plus besoin d’aller au square, alléluia! Les enfants peuvent goûter et jouer dehors et même se baigner si la météo le permet.

Ce qui change c’est que les enfants ont tous les deux leur chambre et qu’ils peuvent jouer dehors pendant que je fais autre chose.

Ce qui change c’est qu’aux beaux jours ils peuvent ressortir un moment après le dîner.

Ce qui change c’est la vue. Une jolie vue en ville, sur les toits, aussi panoramique soit elle, ne vaut pas, selon moi, la vue sur les arbres et les fleurs que nous avons depuis chaque pièce.

Ici dedans comme dehors j’ai un contact permanent avec la nature. Ici j’ai une porte à ouvrir et l’accès direct aux levés de soleil, à la vue sur les montagnes lorsque le ciel est dégagé. Ici je peux mettre les mains dans la terre et prendre l’air quand ça me chante.

Ce qui change c’est la notion d’espace. A Lyon la promiscuité commençait vraiment à me peser et j’avais besoin de passer de plus en plus de temps chaque jour au parc pour équilibrer, trouver un peu de calme dans cette agitation.

Ce qui change c’est qu’on laisse + de place pour le vide, le repos, pour être ensemble, s’ennuyer. Et je ne bouillonne plus « alors on fait quoi?! ». On a bien simplifié, si on ne prévoit rien c’est Ok. Je ne m’ennuie jamais vraiment de toute façon.

Ce qui change c’est le chauffage et la façon de se vêtir . Nous vivions dans un appart surchauffé (chauffage collectif) où l’on ne connaissait pas les pulls.

La maison est près d’un sous bois, cela signifie que l’hiver il fait froid. Au petit matin et à la tombée de la nuit, il fait frais, même l’été. Donc petit à petit on investit dans des vêtements chauds. On a débuté avec une polaire chacun (la base!) et je me suis offert un pull et un gilet en cachemire.

Ce qui change c’est la connexion aux saisons. Ici, c’est du concret. A l’automne il y a des feuilles à ramasser  et du bois à faire livrer et ranger pour se chauffer, l’hiver il faut saler le chemin, au printemps les haies sont à tailler etc… En ville on ne se rend pas compte de tout ça! Cela peut sembler contraignant, mais j’ai aimé chacun de ces moments.

Ce qui change c’est le rapport humain. Ce qui m’a plu en arrivant dans ce village, c’est l’accueil que nous a réservé le personnel de la mairie. La secrétaire avait pris quelques minutes pour nous accompagner jusqu’à l’école, nous montrer où se trouvait la cantine, la bibliothèque.

La maîtresse de Jolie douceur m’avait envoyé des sms avant sa rentrée en petite section et la maîtresse de Grand bonheur téléphone si celui ci est malade pour prendre de ses nouvelles. Ca en ville, je ne l’ai jamais vu!

Ce qui change c’est la gestion des déchets. En ville on ne se posait pas la question, on descendait nos poubelles dans le local et basta.

Ici le ramassage se fait une fois par semaine, et tous les 15 jours pour le tri. Il faut y penser, descendre (et remonter!) la poubelle soi-même au bon moment. C’est l’occasion de prendre conscience du volume de déchets que l’on produit, qui est conséquent, alors qu’on pensait que « ça allait » et ça booste les petites actions qui vont dans le sens du « zéro déchet ».

Ce qui change c’est la vie sociale. Ici nous avons plus de place pour recevoir, la maison est souvent pleine de copains, de famille. Une maison c’est fait pour partager, non?

Ce qui change c’est que mon amoureux est plus détendu alors que pour lui le déménagement a induit des trajets. Trajets qui l’aident à couper du boulot. Et étonnamment il rentre souvent + tôt qu’avant.

Ce qui change, c’est notre conscience, on se sent davantage connectés à la nature, y compris la beauté de la nature humaine.

 

20170215_162559
Home sweet home par Grand bonheur 5 ans

 

LA VIE EN PLUS JOLIE

10 Petites choses #5

Cultiver les petites et grandes joies, l’extra-ordinaire…

Hop hop dix petites choses qui m’ont mises en joie ces dernières semaines.

IMG_20170531_130202_667

1/ La jolie pochette Antik Batik. Eté je suis prête!

2/ L’installation d’un carré potager avec salades, épinards, tomates et puis plein d’herbes aromatiques.

3/ Le come back du Reiki, les soins proposés et la joie diffusée.

4/ Cette vidéo de Amma, qui a profondément touché mon âme, mon cœur de femme et de mère. D’ailleurs j’ai l’intention ferme de rencontrer cette femme hors du commun cette année.

20170527_100356.jpg

5/ L’ouverture de la saison piscine, les rires des enfants, le luxe des baignades après l’école.

6/ L’organisation du mois de juillet pour les petits et la réservation d’un atelier pour l’Odysée des bulles au Musée des Confluences. Merci Sophie du bon plan!

IMG_20170529_130650_819

7/ Les salades multicolores

 

IMG_20170512_141524_289 (1)
Œuvre de Stanya Kahn

8/ La chouette expo LA une fiction au MAC, une invitation à voir au delà des apparences. Si cela vous tente, je vous recommande la visite guidée qui apporte un vrai plus. J’ai particulièrement apprécié les œuvres colorées de Stanya Kahn

9/ Les mots d’enfants de ma Jolie douceur, dont je me délecte car je sais que bientôt sa langue ne fourchera plus. En attendant je souris quand elle me raconte des anecdotes à base de cochons-dingues (cochon d’Inde), de baillettes (paillettes) ou lorsqu’elle réclame sa rousse de couette, une grobe qui tourne ou des vacances en pamping car!

20170525_183135

10/ Les roses, les campanules, les pivoines en fleurs (et d’autres encore dont je ne connais pas le nom) dans mon jardin, je n’en fini pas de m’émerveiller.

LA VIE EN PLUS JOLIE, reiki

Le come back du Reiki

IMG_20170526_174130_381 (1)

Il y a six ans, après mon initiation au 3e degré de Reiki, j’ai créé une association pour proposer des soins Reiki.

Les retours ont été au delà de toute espérance. D’ailleurs je n’espérais pas, j’avais simplement envie de partager ce que j’avais testé et validé pour moi même et mon entourage proche.

Mon mec, ultra cartésien, du genre qui se bouche les oreilles dès qu’il entend le mot énergie, a même fait péter ses résistances, c’est dire…

Et puis, la vie… un premier bébé (préma), l’ouverture d’un restau trois mois après, et un second bébé en route trois mois plus tard sans oublier une reconversion professionnelle pour travailler de chez moi tout en élevant nos enfants…

Avec tout ça, le Reiki est passé au second plan. Je pratiquais vite fait pour moi même chaque soir avant de m’écrouler de fatigue.

Et puis il y a deux ans, j’avais la désagréable sensation de m’être un peu perdue (il y a de quoi!) j’ai décidé de reprendre ma vie en main et de pratiquer à nouveau le Reiki de façon plus assidue.

Les changements dans ma vie, à tous niveaux, sont innombrables et les synchronicités justes énormes.

J’ai proposé des soins lorsque je sentais que c’était juste et admis au fil des rencontres et des expériences que OUI je suis très intuitive et que NON ce n’est pas un problème, au contraire, c’est une force, un don, un talent, appelez ça comme vous voulez.

Aujourd’hui j’accepte de mettre en lumière cette part de moi.

Aujourd’hui j’ai mis à jour la page Facebook de l’association. Les soins Reiki sont proposés à distance et sur dons libres .

L’énergie peut être envoyée sans limite d’espace temps, sur des êtres vivants ou des situations donc la distance importe peu. A la fin de la séance je transmets mes ressentis.

Si cela vous appelle, vous pouvez me contacter à cette adresse: d.amedecoeur@yahoo.com ou prendre RDV au 06 03 49 96 63

Je ne pensais pas en parler ici, mais il y a eu ce post de Natacha (Cranemou) alors j’y vois comme un signe, surtout que la toute première personne à qui j’ai parlé de mon initiation Reiki, il y a neuf ans, s’appelle Micheline, comme le titre de son billet…

 

LA VIE EN PLUS JOLIE

Envies de saison

J’ai une tendresse particulière pour le printemps.

Cette renaissance arrive d’abord à pas feutrés.

Les arbres fleurissent et c’est chaque année magique. Toutes ces fleurs désirées, attendues et à la fois si soudaines!

Et puis les journées s’allongent, l’envie qui revient, les projets germent, le nouveau cycle débute.

Fin mars j’ai envie…

D’un châle en pointe, comme celui-ci, tricoté en laine toute douce pour les soirées fraîches.

D’un salon de jardin en palettes et de chaises & fauteuils Luxembourg de fermob  couleur miel capucine ou coquelicot.

De tout chez Des petits hauts. Des sandales brillantes comme celles . Han et ces sacs sublimes pour l’été…

De déjeuner en terrasse en bonne compagnie et tester de nouvelles adresses lyonnaises.

Fleurir la maison avec des renoncules, des tulipes et des fresias.

D’un vase d’Avril, j’en rêve depuis si longtemps.

D’observer mon jardin éclore chaque jour un peu plus fort

De semer des tomates, des radis, de la salade, des courgettes et des carottes

D’aller cueillir de l’ail des ours et d’en faire du pesto.

De culture, de théatre, d’opéra, de cinéma, de ballets.

De booker des soirées pour les nuits de Fourvière et d’en prendre plein les yeux au Printemps des Docks

D’être dans ses bras et de passer tout un weekend juste lui et moi.

D’un soin, un dîner et une nuit à la Villa Florentine ça serait le kiff absolu!

D’ouvrir les volets et de laisser la maison s’imprégner de lumière dorée.

D’écouter Grand bonheur lire, et d’observer Jolie écrire toutes les lettres et tous les mots à partir d’un modèle.

De me prélasser au soleil, sur ma terrasse, avec un bon bouquin ou un magazine

D’organiser des weekends avec les copains et de préparer des apéros dinatoires et des salades.

D’oser vivre mes rêves et d’en concrétiser certains (je me fixe 3 objectifs fous ce mois-ci!).

De célébrer le quotidien, que chaque jour soit la fête, d’être en joie, garder la foi en la magie de la vie, de la nature, de l’humain…

20170320_142254

LA VIE EN PLUS JOLIE

10 Petites choses #4

Allez hop hop 10 petites choses, 10 moments de kifs qui m’on fait sourire.

1/ Donner beaucoup (du temps, des contacts, des fringues, des livres) et recevoir tout autant,  différemment.

Gagner un week end balnéo dans l’Isère (parfait on a envie d’aller se ressourcer sans aller trop loin) grâce à un concours Happinez.

J’en suis d’autant plus heureuse que ce magazine fait parti de mes favoris, il est magnifique, bien fait, alliant, la beauté visuelle et les textes inspirants.

img_20170302_153636_025

 

2/ Préparer des activités sur le thème de la géogaphie et de l’espace pour les vacances de Pâques. La box « La nuit sous les étoiles » de l’atelier imaginaire gagnée grâce au blog de Camille, arrive donc pile poil! Je ne suis pas une fan de box mais il se peut que je change d’avis!

20170228_134212.jpg

3/ Réaménager la chambre de Jolie douceur. Chiner un bureau et la chaise vintage qui va avec, installer un coin lecture. Lui montrer patiemment, encore, où va chaque chose, pour qu’elle trouve du plaisir à ranger de façon autonome.

20170228_110850

4/ M’extasier devant les premières fleurs du jardin. Crocus, jonquilles, primevères, bois joli tout fleuri, j’adore!

20170227_090049.jpg

 

5/ De chouettes moments en famille

20170226_111814

6/ Passer une journée 100% disponible pour les 4 ans de Jolie Douceur. Choisir ensemble les produits pour le repas en famille chez les commerçants du 6e.

Déjeuner avec son père, aller au parc de la tête d’Or en trottinette pour un tour de manège. La journée parfaite pour une petite fille de quatre ans.

20170223_124254.jpg

 

7/ Préparer ses cadeaux et les emballer avec soin. Un coffret Montessori au jardin (j’apprends avec eux!), deux jolis livres. Et puis, un labello, un magazine de princesse Sofia et l’amulette en plastique qui va avec. Mais si tout cela est compatible!

20170225_141210

8/ Préparer une journée spéciale, organiser mon baptême, dans la nature, et me réjouir déjà des synchronicités et de ce qui vient à moi pour cet évènement.

20170227_133600.jpg

9/ Me régaler d’un bagel fond de frigo: du chou rouge émincé, du saumon fumé et du Philadelphia. La photo ne rend pas hommage mais croyez-moi c’était Miam!

20170221_112432

10/ le dessin de mon Grand bonheur, 5 ans, où tout est sourire

20170215_162559.jpg

LA VIE EN PLUS JOLIE

Un an de Miracle Morning le bilan

Voilà un an que je pratique le Miracle Morning.

Le groupe Facebook associée a pris une ampleur phénoménale. C’est un groupe qui motive, dont l’énergie porte et j’aime me sentir reliée aux membres et encouragée dans cette pratique.

Ma pratique du Miracle Morning a évoluée au fil des mois…

J’inclus ma pratique quotidienne reiki, une méditation, une intention (toujours la même), depuis janvier la lecture d’une page de la Petite Voix d’Eileen Cady, une connexion à la nature avec une photo, un temps d’écriture et de partage et un peu d’activité physique (moins en hiver c’est vrai).

En quelques points voici ce que le Miracle Morning m’a apporté:

+ Discipline et régularité: chaque matin sans exception depuis un an. Parfois l’heure ou la durée varient mais il n’y a pas un matin où je ne commence la journée par un temps pour moi. Je sais que j’ai une marge de progression en terme de précision 😉

+ Efficacité: en prenant une heure ou deux pour moi le matin, je recharge mes batteries, mon corps est ensuite plus endurant et mon esprit  disponible pour donner à ceux qui m’entourent et j’accomplis avec + d’efficacité.

Ma perception de la vie, du monde qui m’entoure, du travail aussi, a beaucoup changé. Cette pratique m’encourage à me focaliser sur ce qu’il y a de joli dans ma vie, à me fixer des objectifs et à avancer, un pas après l’autre, toujours.

+ Connection avec la nature. Je me suis considérée longtemps comme citadine. Le Miracle Morning, que je pratique dehors, dès que les conditions météo le permettent (s’il pleut je sors avec un parapluie!) m’ont amenée à observer la nature et à l’aimer encore +. En août nous sommes allés nous installés à la campagne, près de Lyon,  pour moi ça veut dire beaucoup et j’aime cette nouvelle vie.

+ Passer mon permis et l’obtenir grâce à la sérénité et à la méditation quotidienne (et croyez-moi, je pars de loin!)

+ Les valeurs: me recentrer sur  l’amour, la beauté, la famille, l’amitié, la gratitude, la liberté pour en citer quelques unes.

+ L’application des valeurs: j’ai lu pendant huit ans des ouvrages de développement personnel. Ensuite l’envie est venue d’offrir les livres, pour vivre les concepts de façon concrète.

+Créativité décuplée: tricot, peinture, écriture, dessins etc

+Lien sociaux: de très belles rencontres au sein du groupe et des relations transformées avec ma famille et mes amis. Mes anciens employeurs sont devenus des amis proches.

+ M’exprimer, demander. Oser dire non sans me justifier et sans crier. Oser dire oui aussi.

+ Le respect de la parole: avec bâton de parole pour que chacun s’écoute dans la famille. Etre intransigeante sur deux points: chacun se dit bonjour le matin et bonne nuit le soir en se regardant dans les yeux.

+ Oser de nouveaux projets, oser suivre mon intuition, même si ça semble fou.

+ Oser m’accorder la 1ere place dans ma vie sans avoir peur de ne plus être aimée et m’offrir le luxe d’avoir du temps et de me sentir libre. Faire les choses par plaisir. Ou ne rien faire aussi, parfois, si cela est nécessaire. Identifier mes besoins.

+  Apprécier ce et ceux qui se trouvent dans ma vie et certains jours en avoir les larmes aux yeux.

+ Me sentir encore + responsable, avec la possibilité de choisir, d’adapter si cela est nécessaire.

+ Résoudre des conflits, avec +d’empathie.

+ Me sentir légitime, à ma place, dans mes différents rôles.

+ Etre + autonome et + tolérante: je laisse mon amoureux se réveiller à l’heure qui lui plaît, même si c’est 10h le weekend. J’arrive à m’organiser pour m’offrir ce temps pour moi et m’occuper des enfants (qui sont en âge de jouer seuls pendant une heure et qui on compris, le matin je médite, après je suis dispo).

+ Etre + ferme avec les enfants tout en encourageant leur autonomie

+ Accepter d’être vulnérable, fragile, imparfaite, et me souvenir que je fais de mon mieux, chaque jour et que ce mieux est variable.

 

20170223_074949.jpg