LA VIE EN PLUS JOLIE

Elle m’a appris

Elle m’a appris plein de comptines pour enfants et de chansons pour les vieux

Elle m’a appris l’alphabet et les tables de multiplications en chantant

Elle m’a appris la gentillesse en étant l’exemple vivant

Elle m’a appris la valeur des petits objets confectionnés amour

Elle m’a appris le plaisir d’offrir

Elle m’a appris la patience et la douceur

Elle m’a appris l’importance de ranger et de s’organiser

Elle m’a appris à faire une sauce vinaigrette

Elle m’a appris le goût incomparable des haricots verts frais

Elle m’a appris à cuisiner des produits frais

Elle m’a appris qu’il faut avoir chaud aux pieds, sinon on a froid partout

Elle m’a appris à dire merci, parce que ça fait plaisir

Elle m’a appris que la curiosité peut être une qualité

Elle m’a appris que s’il pleut à la saint Médard il pleuvra quarante jours plus tard

Elle m’a appris que ce qu’il faut savoir se trouve dans l’almanach du père benoît

Elle m’a appris qu’une maison fleurie est une maison joyeuse

Elle m’a appris à pardonner

Elle m’a appris la valeur de l’effort et le plaisir du travail accompli

Elle m’a appris qu’on peut apprendre à tout âge, qu’il n’est jamais trop tard

Elle m’a appris à écouter

Elle m’a appris à répéter

Elle m’a appris à persévérer

Elle m’a appris tant de petits trucs qui ne veulent rien dire pour vous, mais tellement pour moi

Elle m’a appris tant de façons d’aimer, de m’aimer, d’aimer la vie.

Mamie…

20160720_072944.jpg

LA VIE EN PLUS JOLIE

Le meilleur de Novembre

Novembre l’organisation parfois bancale, la fatigue colossale, l’envie qui va et vient, les milliards de choses dans la tête, les matins frais et puis le joli dont on veut se souvenir.

Novembre et les chouettes moments en famille, dont cette balade où les enfants s’en sont donné à cœur joie, sur leurs vélos.

Novembre et plein d’invités.

Novembre et un weekend entier  avec les neveux et nièces. Leur faire découvrir le goût des burger maison.

Novembre et la bourse aux jouets pour faire le plein de livres et deux trois bricoles qui viendront se glisser sous le sapin.

Novembre et ses cinq ans, fêtés avec les copains et en famille.

Novembre et la créativité, le plaisir de bricoler pour eux ou pour moi.

Novembre et le calendrier de l’avent. Commencer tôt, finir au dernier moment.

Novembre et les lectures doudous: La petite boulangerie du bout du monde, dont je n’ai fait qu’une bouchée et qui donne drôlement envie de faire un pain!

Novembre et les couleurs dingues, les feuilles qui tombent et les arbres qui se dénudent.

Novembre et le semi d’épinards, à quatre mains avec ma mère.

Novembre et les balades au parc de la tête d’or à chaque passage à Lyon. M’émerveiller encore systématiquement.

Novembre et les petits plats mijotés: chili con carne, lasagnes et veloutés. L’envie de cuisiner qui revient à pas feutrés.

Novembre et le challenge photo by flow sur IG, tellement inspirant ces petits plaisirs d’automne!

Novembre et un ciné en famille, Vaiana la légende du bout du monde, enchanteur à souhait.

Novembre et les moments pour moi: une visite commentée au MAC pour l’expo Wall Drawing et un méga coup de cœur pour l’œuvre « dans ma tête », une chouette rencontre avec une copine de blog, et une soirée avec mes collègues et amies pour finir le mois dans la joie!

20161107_075121

20161110_112345.jpg
plateau sensoriel pour adulte!
20161117_104701
Parc de la tête d’or Lyon

 

20161101_143751.jpg

20161106_122324.jpg
Burger maison
20161112_090628.jpg
jouer

 

 

 

 

KIDS

Cinq ans

A cinq ans il rêve de star wars, de ninjago et de vaisseaux spaciaux.

A cinq ans il aime les légo mais aussi les jeux de société et les constructions.

A cinq ans il a des rêves plein la tête, envie d’aller en Thaïlande, rencontrer les indiens en vrai, savoir écrire en attaché.

A cinq ans il s’inquiète de ne pas tout savoir quand il sera papa.

A cinq ans il veut prendre sa douche seul mais me dit c’est toi que me met les chaussettes, s’il te plaît maman.

A cinq ans les mots pipi caca le font encore bien marrer.

A cinq ans, il a été à la pêche avec son père et attrapé ses premiers poissons avec fierté.

A cinq ans il me tient encore la main, et parfois la lâche en me disant je suis grand maman.

A cinq ans il a le goût d’apprendre et une passion pour le dessin.

A cinq ans il est fortiche en balon. Il a eu un panier de basket pour son anniversaire, sa marraine m’a dit baisse le, sinon il va se décourager.

Il a marqué et m’a demandé: tu lui diras que j’y arrive?

A cinq ans il me dit, chaque soir, je t’aime jusqu’aux planètes.

Et mon cœur explose comme des milliards de météorites.

Cinq ans.

Mon grand, mon trésor, mon bonheur, mon grand bonheur.

img_20161116_150743

LA VIE EN PLUS JOLIE

Six mois de miracle morning

 

J’ai commencé en février à instaurer une routine du matin. Pour moi. Pour me lever de bonheur.

En avril j’ai lu le livre miracle morning (MM pour les intimes), qui est venu structurer et affiner ce que je faisais déjà.

Six mois plus tard:

L’ambiance du matin a beaucoup changé. Alors oui, les enfants grandissent et dorment plus longtemps et c’est plus facile.

Mais ce qui a changé c’est moi et ma façon d’aborder la journée et plus globalement la vie. Je ne me lève plus en me disant oh p…. déjà! J’ai envie, hâte de, me lever.

Je prends un temps pour moi quoi qu’il arrive, que ce soit la semaine, le weekend, les vacances, qu’il fasse beau, qu’il pleuve ou lorsque et je m’occupe seule des enfants (plusieurs fois par semaine).

Toute la famille l’a intégré, après quelques semaines d’adaptation.

Cela demande d’anticiper un brin. La table du petit dej est mise et les vêtements des enfants sont préparés la veille (le bonhomme des habits à faire disparaître), cela fluidifie la logistique.

Au fil des mois et des saisons, j’ai adapté ma routine.

Au printemps et en été, à Lyon, j’avais très envie d’aller marcher le matin.

Là c’est l’automne, j’ai envie de cocooning, mais j’aime bien me connecter avec la nature pour voir la beauté du monde, alors je sors tout de même quelques minutes dans le jardin.

Si je me suis couchée tard, il m’arrive de me lever + tard (vers 7h/8h) (enfin à une heure normale, on se comprend) si c’est possible.

Je savoure même quelques minutes de temps à autres dans mon lit, en silence avec gratitude! Le genre de plaisir que les parents de jeunes enfants savent apprécier!

Je fais quelques pratiques énergétiques (Reiki) incluant une méditation, ensuite je bois mon citron et c’est parti mon kiki.

Parfois les enfants me sollicitent alors que c’est le moment de mon temps calme. Je reste zen, ce n’est pas ma préférence d’être interrompue, mais il faut adapter avec la vraie vie 😉

Ce que je retiens du MM ce n’est pas de me lever tôt, l’essentiel est de me préserver un temps pour moi, au réveil, en me centrant sur l’état d’esprit que j’ai envie de cultiver pour la journée.

En fait j’adore voir le soleil se lever, donc l’heure varie en fonction des saisons, j’ai envie naturellement de me caler là dessus.

On n’est pas obligé de se levé à 5h du mat, l’important étant de commencer la journée en douceur.

Si je bacle un peu le MM je ressens les effets sur ma patience avec les enfants, sur mon couple, mon estime de moi-même et je mange moins sainement. Tout est lié…

Lorsque j’ai débuté il y a six mois nous étions 600 sur le groupe Facebook, maintenant nous sommes plus de 8000.

Chaque matin je partage une photo et une petite phrase à l’inspiration. J’avais un peu décroché avec le déménagement mais il semblerait que les MMers apprécient, alors je m’y suis remise et c’est vrai que c’est motivant cet effet groupe!

Prochaine étape: j’instaure une routine du soir, une fois les enfants couchés, pour créer, écrire, faire le bilan de la journée et compléter mon bujo  et le tracker de façon + structurée.

20160503_064400
parc de la tête d’or Lyon

 

 

20160623_072801

20161015_080916
Levé du soleil à la fin de l’été

img_20161024_091214

img_20161104_080954
Le levé du soleil en automne

 

 

MIAM

La Rôtisserie du Chambertin

Je n’étais pas franchement tentée par l’adresse, qui me semblait trop terroir à mon goût.

Il était 13h, en prenant la prochaine sortie d’autoroute, on pouvait y être pour 13h30 et j’avais faim. J’ai tenté et réservé la dernière table disponible, comme ça à l’arrache, en fin de service, un samedi midi. Et puis après tout, c’est le genre d’adresse valeur sûre si l’on aime le bon vin!

On arrive donc à Gevrey-Chambertin

L’accueil parfait, avec une équipe jeune et compétente, le cadre somptueux et convivial m’ont détendue. Monsieur est pointilleux sur la cuisine et les cuissons, pour moi l’ambiance a aussi son importance. On se complète.

Je mange peu de viande et quand j’en consomme il faut vraiment qu’elle soit bonne. La côte de porc fermière était croustillante et moelleuse, chaque bouchée fondait dans la bouche. Et le jus…! Quant au gratin dauphinois, probablement le meilleur jamais goûté.

C’est simple j’avais l’impression, le temps d’un plat, de manger chez ma grand-mère adorée.

Une touche de modernité pour terminer avec les figues rôties à la verveine et le sorbet au lait de chèvre. Là c’est sûr je suis charmée.

La carte est courte, il y a deux menus, il me semble. Les plats sont effectivement axés terroirs, mais comme ils sont terriblement bien préparés, ça réconcilie avec les à-priori! Et la carte des vins est bien fournie.

Allez-y si vous avez envie de manger aussi bon que chez (ma) mamie!

Il y a aussi des chambres, je le note pour la prochaine fois.

 

 

20161029_143941

20161029_132141_resized

20161029_140249
Porc fermier qui fond dans la bouche et le jus comme chez mamie
20161029_142126
figues roties

 

20161029_131233

LA VIE EN PLUS JOLIE

Le meilleur d’octobre

D’octobre je garde…

le souvenir merveilleux de mon anniversaire,

l’arrivée de l’automne et ses si belles couleurs,

l’odeur des matins frais et le plaisir de voir le soleil se lever,

la chaleur réconfortante du premier feu et le plaisir d’entendre le bois qui craque dans la cheminée,

la douceur de mon pyjama Gap à carreaux,

la saveur de butternut rôtie, les petits plats mijotés, la première raclette dehors (concept inédit!)

l’envie de rester sous la couette et les enfants qui se lève à 8h le weekend (yeah!)

l’enthousiasme du début pour le Mooc sur Oscar Wilde proposé par La Sorbonne

le come back de l’organisation qui procure un sentiment de sécurité intérieure,

les chouettes lectures: les lois naturelles de l’enfant de Céline Alvarez (à mettre entre toutes les mains) et  L’homme qui savait la langue des serpents, d’Andrus Kivirähk (une pépite)

Et puis l’essentiel, les moments magiques avec les miens,

les balades en forêts le weekend et la cueillette de châtaignes,

la journée mère fille à Lyon et la balade en vaporetto (à faire absolument pour découvrir Lyon sous un angle différent)

les vacances scolaires où j’ai (pour la première fois…Hum) kiffé avec les enfants,

Et pour finir en beauté, notre escapade en amoureux en Bourgogne,

le dîner somptueux chez William Frachot, à l’hostellerie du Chapeau rouge, à Dijon,

une nuit dans un chouette hôtel et le plaisir de me réveiller à mon rythme (pile poil pour le changement d’heure!), avant d’apprécier un petit dej royal en m’occupant exclusivement de moi et de mes envies…

IMG_20161030_125207.jpg
C’est beau l’automne!