LA VIE EN PLUS JOLIE

Le bilan du défi magie

 

En juin j’ai commencé mon défi des 100 jours, le défi magie.

Aujourd’hui c’est mon jour 100, l’heure du bilan.

J’ai réalisé ce défi sur plus de trois mois, avec une pause estivale et quelques jours off. C’est ok!

Il s’est passé de très belles choses pendant cette période:

J’ai géré seule mes trois enfants une partie du mois de juillet et nous en gardons un bon souvenir 😉

Nous sommes souvent allés au bord de la rivière en famille. Je m’y suis baignée nue au milieu des libellules, le kiff!

J’ai vu ma petite sœur cet été. Elle vit en Autriche et notre dernière rencontre datait d’il y a six ans.

Nos moments passés ensemble ont été extraordinaires, simples, beaux, fluides. La rencontre avec les enfants a été magnifique et leur lien immédiat, bien qu’ils ne parlent pas la même langue, ou plutôt si, celle du coeur.

Nous avons passé un bel été à Noirmoutier dans un endroit sublime et magique puis en Bretagne.

En Bretagne, avec ma maman, j’ai choisi de beaux œufs de Yoni pour le Cercle de Femmes/Atelier que je vais co-animer en décembre à Lyon . Il y avait un ange en cristal glissé dans la boîte dans laquelle je les ai rangé.

La rentrée a été douce, Grand bonheur a sauté une classe et s’est super bien intégré et Jolie douceur s’épanouit dans une classe à double niveau où elle prend ses responsabilités de grande très à cœur.

Elle s’est mise à ranger d’elle même à la maison. Si ça ce n’est pas un miracle!

J’ai reçu de beaux cadeaux. Une plume de cygne. Des cristaux sublimes qui sont venus compléter le Bâton de parole réalisé avec les enfants. Mon homme m’a offert un bois de cerf trouvé dans les bois, magique!

Côté jardin: après un an sans mettre les mains dans la terre (avec la grossesse ce n’était pas le moment) j’ai nettoyé différents espaces, semé fleurs et légumes puis récolté.

Nous avons utilisé le purin d’ortie et joué du bol tibétain à nos tomates!

Le buisson de sauge a pris de l’ampleur! Nous avons mangé nos premiers haricots frais, un délice. J’ai commencé l’inspirante lecture des Jardins de Findhorn.

J’ai été au parc de la Tête d’Or très souvent avec mon Petit Morceau.

J’ai eu une super semaine d’anniversaire et j’ai aimé être célébrée, recevoir plein de belles attentions.

Ce weekend je pars à Toulon rencontrer Amma pour la première fois.

En janvier je débute une formation de doula et je propose de transmettre l’Enseignement des Gardiennes des 13 lunes. Après le défi Magie, le défi Mission de vie 😉

Et puis surtout, je nourris mes valeurs, je suis présente pour ma famille, mes trois merveilleux enfants, il y a beaucoup de douceur dans mon couple. Je suis entourée de belles âmes.

Au cours de mon défi voici mes pratiques quotidiennes:

  • reiki
  • Un Cours En Miracles
  • méditation
  • gratitude: chaque jour je note ce que j’ai aimé
  • oracle
  • connexion avec la nature
  • intention de vivre mon meilleur potentiel
  • créativité: photos, rituels, collages etc
  • 20181020_152734.jpg
LA VIE EN PLUS JOLIE

Le zéro déchet chez nous

Je le dis d’emblée nous sommes loin du zéro déchet absolu dans notre famille de cinq personnes.

J’aime prendre des bains, je me lave souvent les cheveux et en plus, les enfants consomment des compotes en gourde le mardi soir après leur activité ou lorsqu’on part en balade!

Je commence par ces points car je ne vois pas le zéro déchet comme un objectif qui mettrait la pression ou ferait culpabiliser.

Ceci dit, ces dernières années nous avons mis en place de nouvelles habitudes et les enfants y sont sensibles.

Au delà de l’effet tendance, j’y vois un mode de vie, une façon de consommation douce et raisonnée qui s’est mis en place petit à petit à mesure que notre famille évolue et s’agrandit.

Ce changement est possible parce que je passe du temps à la maison donc c’est facile pour moi de voir ce qu’on mettre en place sans se mettre la pression.

Le facteur temps est essentiel, parce que confectionner soi même sa lessive ou chiner ce dont on a besoin demande du temps, c’est vrai.

Le zéro déchet est une façon d’améliorer et de simplifier le quotidien, d’y apporter encore plus de plaisir, de faire des choses simples qu’on aime réaliser et qui embellissent la vie.

Voici une liste non exhaustive de nos actions et leur fréquence. C’est bon de le noter, ça permet de voir le chemin parcouru.

  • lessive maison, depuis 2 ans maintenant
  • lingettes et couches lavables pour le Petit morceau. En alternance avec des couches classiques (la nuit et pour les sorties) et du coton
  • des serviettes de table avec un rond de serviette (ça c’est nouveau)
  • les enfants habillés avec des vêtements de seconde main ou offerts par la famille
  • une poubelle ramassée une fois par semaine et tous les quinze jours pour le tri. C’est une invitation à limiter les déchets, quand c’est plein c’est plein. Lorsqu’on vivait à Lyon on ne se posait pas la question, on remplissait, on jetait et on ne mesurait pas la quantité (supérieure de nos déchets).
  • Du bois pour se chauffer l’hiver et la cendre dans le jardin
  • du savon pour se laver, écologique, économique et agréable
  • des huiles pour le corps faites maison
  • des repas préparés par nos soins, tous les jours.
  • des goûters préparés par nos soins plusieurs fois par semaine
  • des légumes du potager…pour quelques repas! Je souhaite améliorer ce point…
  • un salon de jardin en palettes, que j’adore et les matelas des lits bébés des ainés pour l’assise!
  • Des achats réfléchis, pensés pour durer et dont on est sur de ne pas se lasser. Autant que possible
  • Une expérience (sortie poney, place pour voir un match au stade) plutôt qu’une myriade de jouets pour les enfants, pour leur anniversaire.
  • des jeux et jouets de qualité et qui durent dans le temps (kappla, lego, playmo etc)
  • des cadeaux hand made à offrir, souvent
  • un autocollant stop pub sur la boîte aux lettres
  • le linge qui sèche dehors au soleil dès que possible
  • mes chaussures italiennes ressemelées depuis des années
  • le dressing version capsule wardrobe de mon mari 😉

Et chez vous? Un peu, beaucoup ou pas du tout zéro déchet

20181029_125836.jpg

LA VIE EN PLUS JOLIE, VOYAGES & BALADES

Un weekend d’automne

En octobre nous sommes partis en weekend.

C’est un cadeau que j’aime bien pour mon anniversaire . Avec des fleurs. Deux valeurs sûres,  qui me plaisent à chaque fois.

La campagne Beaujolaise regorge de coins magnifiques.

En automne les vignes se parent de couleurs chatoyantes, c’est sublime.

A une heure de Lyon il est possible de prendre le temps de  se laisser vivre, se faire servir le petit dej comme des rois, de s’offrir de belles balades dans les bois, de cueillir des châtaignes, des noix,  de discuter au calme, avant de récupérer les aînés chez les grands parents et de laisser place à la vie trépidante de notre famille nombreuse.

C’est chouette de découvrir ce qu’il y a de beau dans notre région et de se ressourcer sans aller très loin.

Si on m’avait dit il y a quelques années que cette simplicité là me comblerait…

Jusqu’à présent nous partons avec notre bébé que j’allaite encore.

Nous avons été bien accueilli partout où nous sommes allés.

J’adore voir la complicité se renforcer entre son père et lui et leur lien d’attachement devenir de plus en plus solide.

Ces moments à trois sont autant d’occasions particulières de vivre des moments privilégiés et c’est précieux quand  on a plusieurs enfants.

Ce weekend nous étions à Chiroubles, dans une maison d’hôtes avec une vue époustouflante sur la campagne environnante .

Nous apprécions le côté humain des chambres d’hôtes qui apporte un réel supplément d’âme au séjour je trouve.

20181014_074804
levé de soleil sur Chiroubles

20181014_104122

20181014_153847

20181014_122653

maternité

Se préparer à la naissance

Pour ma troisième grossesse j’ai très vite ralenti la cadence, mis ma vie dynamique en pause bébé, pour vivre l’aventure à fond.

Je n’avais pas envie d’une préparation à la naissance classique et technique.

Je ne souhaitais pas m’imposer des RDV supplémentaires, la quotidien étant déjà assez rempli avec le suivi de grossesse, deux enfants de 4ans 1/2 et 6 ans et un mari qui travaille beaucoup et tous les soirs en semaine.

J’avais surtout besoin de repos et l’envie très forte d’être dans ma bulle.

J’avais déjà une idée de ce que c’est d’accoucher même si biensur c’est une expérience unique à chaque fois.

Je me suis concoctée une préparation sur mesure, avec plein d’outils bien être (pour le bien naître de mon bébé!)

  • des lectures inspirantes (je ferai un billet récapitulatif),
  • une playlist,
  • des méditations quotidiennes,
  • un peu de marche à mon rythme,
  • des rituels,
  • une vie sociale modulée selon mon énergie du moment
  • des vidéos,
  • de l’homéopathie,
  • des huiles essentielles adaptées,
  • une alimentation saine,
  • de la spiruline,
  • des plantes,
  • de longs bains quasi quotidiens
  • de l’écriture
  • de la créativité: dessins, collages, peinture etc.

Et j’ai beaucoup, beaucoup, dormi parce que mon corps me le réclamait.

Les enfants ont participé d’avantage aux tâches du quotidien.

Mettre le couvert, débarrasser la table, remplir et vider le lave vaisselle, aller chercher le courrier en bas du chemin sont des choses qu’ils peuvent faire et ils aiment avoir des « missions » qui développent leur autonomie et leur sens des responsabilités.

Ils sont allés au centre de loisirs pendant les vacances, même si j’étais à la maison.

Une aide ménagère est venue à la maison 1 fois par semaine pour le dernier trimestre et trois mois après la naissance du bébé. C’est assez étrange d’avoir quelqu’un qui fait le ménage quand on est chez soi, mais si on ne se l’accorde pas dans ces moments là, alors on se l’autorise quand?!

Nous avons l’habitude de cuisiner et nous aimons ça alors j’avais prévu un stock de plats que j’ai congelé : des lasagnes, quiches, plats mijotés, lentilles etc.

C’est le truc classique, qui aide vraiment les premières semaines après la naissance, surtout si le bébé nait en automne, hiver ou au début du printemps, les plats réconfortants sont super appréciés.

Je participais à un cercle de femmes mensuel dans le cadre des Gardiennes des 13 lunes. Je me suis sentie entourée et soutenue par le groupe et l’enseignement.

J’ai eu un ou deux coup de blues très passager, dans l’ensemble j’étais sereine, détendue, paisible, confiante.

Je n’ai pas particulièrement côtoyé de femmes enceintes. J’avais autour de moi, des parents de familles nombreuses épanouis et c’était très rassurant!

J’ai rédigé un projet de naissance et régulièrement visualisé comment serait pour la naissance idéale le dernier mois de grossesse.

Je me suis beaucoup préparée au post natal. Car une fois que le bébé est là, et d’autant plus quand on a trois enfants en bas âge, il est difficile de réfléchir à cela si on ne l’a pas fait en amont. Le rituel des 40 jours est fantastique mais si on veut le mettre en place (ou s’en approcher), ça s’organise avant l’arrivée du bébé.

J’ai impliqué les enfants, nous avons parlé du trousseau à préparer, de la naissance, de ce qui se passerait pour eux pendant que je serai à la maternité, de leur visite, de notre retour à la maison, de ce qu’ils pourraient faire pour participer et de comment serait la vie à cinq avec le bébé (non les premiers temps les bébés ne jouent pas, mais tu peux chanter une berceuse)

Si je ne suis pas de celles qui adorent être enceinte, j’ai aimé vivre une grossesse heureuse, dans l’accueil de la vie, de ses inconforts, de façon plus posée et consciente que ce que j’avais vécu précédemment.

J’ai aimé m’auto-accompagner dans cette étape sacrée et l’arrivée de ce troisième enfant a mis en évidence l’envie d’accompagner à mon tour en tant que doula.

20180323_104911.jpg

 

10 PETITES CHOSES, LA VIE EN PLUS JOLIE

10 Petites choses #11

Dix petites choses qui rendent le quotidien doux et joli, qui connectent à la gratitude et au bonheur.

IMG_20180923_135311_366 (1).jpg

1/ La livraison du bois vendredi matin, à l’heure du petit déjeuner.C’est un grand moment pour notre famille, qui marque le changement de saison. Les enfants étaient émerveillés et ont aimé participer au rangement le samedi.

2/ Mon bébé qui sourit au réveil, gazouille, gratte tout ce qu’il touche

3/ Un samedi après midi libre et une bonne coupe chez mon coiffeur lyonnais préféré. Faire renaître la femme!

4/ Le jardin qui nous offre chaque jour quelque chose, roses, tomates, concombres et aromatiques.

5/ Le magazine Druidéesse. Il est beau, inspirant. J’aime beaucoup

6/ Mercredi avec les enfants. Il faisait beau, nous sommes partis à Lyon au pied levé, passer la journée au parc de la tête d’or.

7/ Les dahlias en fleurs, un régal de couleurs pour les yeux.

8/ Les repas dehors. Fin septembre on adore vivre encore comme en vacances.

9/ Les tournesols achetés au marché qui illuminent la maison

10/ Les siestes avec le Petit morceau blotti près de mon cœur.

 

 

 

 

DOIGTS DE FEE, KIDS

L’activité du mercredi

Cette année il n’y a pas école le mercredi.

Avec les enfants (5 ans 1/2 et bientôt 7 ans) nous avons listé des activités que nous aimerions  faire ensemble le mercredi matin.

 Noter nos idées me semble intéressant, pour nous organiser et prévoir, si besoin le matériel.

Nous pouvons piocher dans la liste tout en nous accordant le droit de moduler selon les envies du moments!

Nous avons donc :

  • tissage
  • bâton de parole
  • pompons
  • tricotin
  • découverte de l’argile
  • confection d’un marque page
  • cahier de nos lectures
  • yoga
  • cuisine et cahier avec nos recettes préférées
  • jardinage et cahier de jardinage
  • bujo
  • calendrier de l’avent
  • confection de savons
  • table des saisons
  • fête des équinoxes
  • origami
  • attrape rêve
  • peinture sur toile
  • découverte de la pyrogravure
  • album photo
  • peinture sur galets
  • ateliers de gratitude
  • kim goût
  • Land Art & mandala

J’ai aussi envie de leur proposer des activités en lien avec le cosmos, et les pays du monde.

Ainsi que des activités adaptées pour le petit morceau 😉

A suivre…

IMG_20180919_162714_545
Mandala

 

 

LA VIE EN PLUS JOLIE

Septembre

20180908_072037.jpg

J’aime bien septembre.

Les journées sont encore douces, de nouveaux projets se mettent en place, on organise, on ajuste, on planifie.

Je remets les meal prep au goût du jour en demandant à chacun de proposer un plat qui lui plaît pour la semaine qui vient .

J’aime l’énergie de la rentrée, l’élan et l’enthousiasme des cycles qui débutent.

Les aînés retrouvent leurs amis et reprennent avec joie et fierté le chemin de l’école. J’aime aussi renouer avec les familles du village.

Les retours d’école demandent de la patience lorsque les enfants ont besoin de décharger leurs émotions. Des activités de reconnexion permettent de nous relier et des temps calmes de s’apaiser.

Grand bonheur bouquine beaucoup.

Jolie douceur aime bien se détendre dans un bain et me demande d’y ajouter ma poudre de perlimpinpin.

Le tout petit grandit. Il a maintenant six mois et commence à dormir plusieurs heures d’affilées la journée (les nuits sont bonnes depuis sa naissance) ce qui facilite le quotidien.

Je retrouve mon espace personnel, j’en ai besoin! Ces moments sans sollicitation, où je peux effectuer une tâche en étant présente à ce que je fais sans interruption sont importants pour moi.

L’envie d’écrire est forte, de restructurer, de créer, de faire développer des photos et de réaliser l’album des mois écoulés.

Je souhaite participer à un club de lecture, j’ai envie de suivre une formation de Doula, j’ai des envies de yoga, de pilates, de soin rebozo de me faire couper les cheveux, d’honorer mon corps.

Après six mois de fusion avec mon bébé, je ressens le besoin de retrouver mon énergie personnelle.

J’aime bien septembre. Pour son côté entre deux. C’est encore un peu l’été, mais plus pour longtemps. On savoure d’autant plus lorsqu’on a conscience de l’impermanence.

Le jardin offre encore des tomates à récolter, des fleurs et des herbes aromatiques. Je note des idées pour l’année prochaine.

Nous nous levons en même temps que le soleil et prenons nos repas sur la terrasse. Chaque jour de l’été indien est un cadeau.

cuisine du bonheur

S’organiser – Meal Prep

A la maison nous sommes adeptes du fait maison.

Je gère cinq soirs par semaine en solo et avec le Petit morceau, pour l’instant, j’ai moins de temps à consacrer à la confection des repas.

Certaines semaines je suis hyper inspirée et d’autres pas motivée pour cuisiner.

Pourtant l’envie de manger de façon simple, saine et gourmande est là.

Je connais l’influence positive d’une nourriture équilibrée, en particulier dans les moments où la fatigue se fait sentir.

Et puis il vaut mieux être plein d’énergie pour assurer avec tout ce petit monde!

Alors deux fois par semaine, je prépare différentes bases de repas pour plusieurs jours: crudités, céréales, légumes cuits, tarte salée et éventuellement un plat type lasagnes ou plat mijoté en quantité.

Je passe ensuite moins de temps en cuisine et je n’ai pas à me poser la fameuse question « on mange quoi?! » chaque jour.

Je compose avec ce qu’il y a de prêt dans le frigo, je pioche et j’assemble les ingrédients selon l’humeur. Et j’ajoute des graines, des fleurs selon l’envie du moment.

C’est plus flexible que de suivre à la lettre un menu établi (je n’y arrive pas) et ça laisse de l’espace pour la créativité.

Nos assiettes sont souvent composées d’ingrédients variés et colorés. Ca plait bien aux enfants.

Il me semble que les ressources sont mieux gérées (on ne jetait pas beaucoup mais ça arrivait parfois) et que financièrement c’est économique aussi.

Et vous, vous gérer comment les repas au quotidien ? A l’intuition chaque jour? Avec des menus?

20160601_12411120170828_19514620160613_115422

cuisine du bonheur, LA VIE EN PLUS JOLIE

Les salades aux fleurs

Vous le savez, j’aime beaucoup les fleurs fraîches.

Au jardin, à la maison, dans mon bain et même dans les assiettes.

Elles embellissent la plus simple des salades, ajoutent un supplément de joie dans les assiettes.

Je découvre les fleurs comestibles, il en existe plein!

Plein de couleurs, plein de saveurs et de textures pour s’amuser en cuisine.

La bourache au goût iodé, la capucine à la saveur poivrée, la primevère, la campanule, la rose si délicate, la pensée, le coquelicot, l’ail des ours, les délicieuses fleurs de courgettes (farcies à la mozza, mamma mia!) la paquerette (si si!), la fleur de coriandre, de ciboulette ou en encore de moutarde… et plein d’autres!

Et vous? Quelles fleurs mettez vous dans vos assiettes?

 

20170523_125111.jpg

20160505_18582720160509_122310

20170522_122354

20160518_11544020160527_19024720170616_183015IMG_20160521_12191420160420_200918

IMG_20160718_124236IMG_20160615_131626

maternité

Le quatrième trimestre – en douceur

Mon bébé peau à peau, mon bébé bras, mon bébé kangourou a un grand besoin de notre présence corporelle.

On pratique le maternage (ou paternage?!) proximal comme disent les initiés.

Lorsqu’il est lové contre moi et je sens son souffle chaud, son corps apaisé s’alourdir dans le manduca. J’aime ses moments là et je suis heureuse de les vivre à nouveau, avec lui.

J’aimerai disposer plus souvent de mon corps pour moi seule avoir davantage de temps pour bouquiner, créer et pour rêver, pour être seule avec mon amoureux et plus disponible pour mes « grands ».

Parfois il dort dans son berceau et on s’extasie, parce qu’il est si beau et si paisible.

Parfois il a besoin d’être contre mon cœur et je fais tout ce qui peut se faire avec lui près de moi.

La grossesse est un état de fusion alors j’accepte avec patience cette étape de transition de défusion progressive.

Les premiers mois avec un nouveau né s’apparentent à un quatrième trimestre, où tant de choses s’ajustent: la forme de mon corps, l’allaitement, les journées calées sur son rythme (et sur celui de l’école) etc

Avec un troisième enfant, on avait une idée de ce que représente le quotidien avec un nourrisson, alors que pour notre premier enfant le choc a été violent (alors c’est CA être parent?! Pourquoi personne ne m’a rien dit?!).

Finalement je trouve plus facile d’être mère d’une famille nombreuse. Je n’aurais jamais imaginé écrire cela un jour!

Même si ses besoins sont intenses la journée et que materner me demande de déployer de l’énergie, je le vis bien, car les mythes de la parentalité se sont écroulés il y a six ans. D’ailleurs c’est plutôt avec les ainés que c’est sport certains jours!

J’accepte l’ambivalence de la maternité, la logistique, les drive récurrents, les machines quotidiennes, les soirées en solo cinq soirs par semaine.

Je connais l’impermanence et je sais qu’un jour il s’endormira, seul, pour de longues siestes (la nuit il dort bien, alléluia!) alors en attendant j’accompagne, je porte, je berce, je chante autant que nécessaire.

J’aime ces moments et je me sens à ma juste place.

Je me sens forte et sereine. J’étais suffisamment préparée, pour savourer la présence de notre petit morceau comme l’appelle son père.

Je fais de mon mieux, chaque jour et c’est suffisant. Pas parfait mais suffisant. Je suis là, je donne de moi, je ne me compare surtout pas.

On parle beaucoup de la préparation à la naissance et si peu de l’après, comme si après tout allait être simple, évident, fluide. Les réseaux sociaux renvoient cette image de perfection, la société invite à la performance.

Dans la réalité, c’est tout un équilibre à recréer, en acceptant que cela prenne un peu de temps.

C’est du taf et du kif un bébé venu agrandir la famille, quand on accueille un jour après l’autre avec souplesse, adaptation et lenteur, pour plonger dans les profondeurs de la plus extra-ordinaire et authentique des aventures humaines.

20180516_090027.jpg