Ciao Italia

Ciao Italia

20160731_202050

Ici, en Italie, le temps coule doucement.

Le premier soir, après deux jours de voyage, on a déchargé la voiture et filé pour admirer le coucher du soleil et se baigner. Magie…

Les enfants jouent des heures dans le jardin, s’improvisent un bbq de fortune, pendant que leur père fait griller les courgettes à côté.

On se régale de mozzarella extra fraîche, de fruits et légumes au goût d’été. What else?

Ici les cocktails sont à 5 euros et on peut s’offrir un restau (antipasto pizza et vin) pour 35 euros à quatre. Ici nous sommes riches!

Nous allons nous baigner tôt le matin, nous avons alors l’immense plage presque pour nous seuls et leurs éclats de rire se mêlent aux roulis des vagues. Je grave ces moments en moi, leur enfance, notre famille, ce lieu, mon bonheur…

Ici tous mes sens sont nourris.

Entendre et parler italien, écouter la radio, parler avec les mains et m’adapter si vite.

Me régaler à chaque repas, ouvrir grand les yeux devant la nature si belle et abondante, sentir l’odeur du figuier au réveil, l’air marin, le basilic, le romarin, le fenouil sauvage et la lavande.

Sentir le vent dans les cheveux, le sable fin sous mes pieds et la douche à 50 cents après la plage. Me sentir vivante…

Les siestes, le temps pour lire, écrire, rêver l’avenir, avant de ressortir lorsque la grosse chaleur se dissipe.

Et puis cette maison de famille. Pas de chichi mais ses particularités que j’aime tant…

La stradina étroite pour y arriver, fait partie du folklore.

Il y a toujours cette toile cirée imprimée de citrons, la machine à laver qui a plus de 30 ans, le lézard qui sort sur la terrasse à la nuit tombée.

Et puis eux, les miens. Ceux d’ici et ceux de là bas, sans qui rien ne serait pareil, sans qui rien n’aurait vraiment de sens, ni ne serait aussi beau.

Avant de partir

Avant de partir

20160724_165807

On a fini par se décider…

J’ai appelé le propriétaire pour lui dire qu’on n’achèterait pas l’appartement, qu’on cherchait une maison à louer. Il en avait une, justement. Avec tous nos critères.

Bonne distance, bonne configuration, bon emplacement, bon timing, budget ok. Succession de synchronicités.

OK, OK, OK.

J’ai lâché mon job avant même d’être sure que cette maison là nous serait louée. Ce n’était pas logique, mais j’ai un fonctionnement intuitif…

J’ai aidé la famille de C à trouver la solution qui conviendrait à leur organisation, à leurs attentes, à leurs valeurs, surtout. J’ai mis en contact les bonnes personnes, et évidemment ça match. Je pouvais alors envisager de partir, tout était en ordre.

Pas de fuite, juste nos projets.

J’ai commencé les cartons.

On a dit oui.

On a récupéré les clés et enfin j’ai visité, sans surprise, je savais déjà que c’était endroit c’était notre chez nous.

Nous partons quelques jours en Italie (les vacances sont sacrées!) et à notre retour on signera le bail. Il ne restera que quelques jours par rapport à la dédit… Hum

Faire confiance à l’univers, se faire confiance et ne pas se laisser déstabiliser par les rationnels…

 

Fin d’un cycle.

J’ai élevé mes deux enfants tout en travaillant comme assistante maternelle pendant cinq ans. Ce n’était pas facile mais je suis contente de l’avoir fait et d’avoir offert cette présence à ma famille.

J’ai adoré les liens tissés avec les enfants, leurs parents, la flexibilité, la créativité que m’a apporté cette belle profession.

Ces cinq dernières années m’ont beaucoup appris. J’ai déployé mes talents en management créatif, en recherche de solutions win-win, compilé les best practices, j’ai appris à faire diversion quand cela est nécessaire, à patienter, à communiquer autrement, à lâcher prise, à gérer des plannings surper chargés et à optimiser les déplacements, le temps, à prendre en compte tous les paramètres. J’ai géré les priorités, compris le vrai sens de la polyvalence.

J’ai donné beaucoup, reçu tellement.

Gratitude infinie.

Et après?

L’ envie de vibrer encore. Envie de faire ce que j’aime. Tout ce que j’aime. Envie d’organiser mon travail autour de ma vie, encore plus.

Je ne sais pas encore comment. Ce n’est pas facile, mais c’est possible je le sais.

Je suis libre de choisir, de relancer les dés professionnellement.

J’ai plusieurs cordes à mon arc et je suis curieuse d’apprendre.

Il y a des paramètres avec lesquels composer: un mari cuisiner, deux enfants, le quotidien, l’école qui finit à 15h, la garderie, le mercredi après midi, les vacances scolaires, le besoin de me préserver du temps libre personnel parce que c’est ainsi que je me ressource et que c’est dans cet espace que je trouve les bonnes options pour le reste.

Je choisis tout même si je ne sais pas encore comment tout combiner.

Je choisis tout et si je devais choisir une seule chose se serait kiffer!

Je vous souhaite un bel été…

 

La magie du rangement

La magie du rangement

20160624_192749.jpg

Ces dernières années ont été bien remplies, de changements, de boulot, d’enfants, de rires, d’interrogations et d’objets divers et variés.

A quatre, nous avons accumulé. Beaucoup.

Alors depuis un an, je m’applique à simplifier mon quotidien.

J’ai beaucoup trié, donné, jeté. J’ai eu l’impression d’avancer.

J’ai repeint et réaménagé l’entrée. Ca faisait des mois que j’y pensais. J’en pouvais plus de ce dressing surchargé (provisoire à la base, tu parles).

J’ai réorganisé la chambre des enfants dans la foulée, commencé à regrouper les affaires par catégorie, genre toutes les chaussures dans l’entrée.

J’avais appliqué certains principes de rangement de Marie kondo pour mes tiroirs.

Et puis j’ai lu le livre.

La lecture m’a donné l’élan nécessaire pour la dernière étape, celle qui consiste à garder ce qui me plait vraiment, me débarrasser du reste et remplacer ce qui a besoin de l’être.

C’est un critère basique, mais ça me parle de laisser de la place à l’intuition et au ressenti.

Et puis regrouper les objets par catégorie facilite le rangement, c’est le petit détail logique qu’il me fallait.

Cette dynamique m’a aidé à virer les récalcitrants et les aucazou, trop vieux.

Bye bye toutes ces fringues qui m’allaient encore et ne me correspondaient pas ou plus. J’ai renouvelé les basiques qui en avaient besoin. Il reste de la place dans mon dressing et j’ai l’impression d’avoir plus de choix alors que le volume de vêtements a grandement diminué!

Bye bye ces assiettes que je n’aimais pas mais qui servaient encore, remplacées par service blanc tout simple dont je rêvais parce que la nourriture c’est sacré!

Hello le presse-agrumes tout neuf.

Hello les draps de bain hyper moelleux!

Hello les jolis bocaux type mason jar pour ranger les graines et céréales.

Je me suis débarrassée de livres adorés mais que je n’avais pas envie de relire. Le lendemain j’ai lu un des livres les plus marquants de ma vie, il lui fallait de la place?  :-)

Il me reste des papiers et objets personnels et photos à trier, je suis l’ordre conseillé.

L’appartement reprend son souffle, place à la joie!

Je ne sais pas s’il y a un lien mais il parait que je rayonne ces derniers temps.

Le hasard, vous croyez?

10 choses que j’ai appris sur moi

10 choses que j’ai appris sur moi

1/ J’ai un mode de pensée en arborescence. Je ne finis pas mes phrases. Je parle d’un sujet, qui me fait penser à ceci puis à cela etc. Je pensais que cela était la norme, de fonctionner par association d’idées, apparemment pas.

2/ J’ai une mémoire sensorielle et émotionnelle. J’ai de nombreux souvenirs où je me rappelle ce que je ressentais enfant. Aujourd’hui je suis empathique et j’ai parfois des difficultés à rester centrée sans me laisser déstabiliser par les émotions d’autrui. J’apprends que la sensibilité peut être une force.

3/ Je n’ai pas de talents particuliers mais j’en ai plein de petits et je suis curieuse si un sujet m’intéresse. J’aime la cuisine de tout les jours, la gastronomie, organiser des vacances, parler italien, l’Italie, la mode, la déco, le yoga, la lecture, la musique, le développement personnel, les enfants, les balades et mille autres choses.

4/ Je ne sais pas rattraper un ballon et je n’ai jamais compris le pourquoi d’un sport collectif. Je comprends le dépassement de soi, mais l’envie de gagner/battre l’autre? Pourquoi?

5/ Je suis du matin. J’aime le calme et l’atmosphère particulière de la nature et de la ville qui s’éveille. Observer le lever du soleil est un moment magique. Entre le lever et le coucher je choisis le lever, comme ça je peux voir les deux🙂

6/ Je croyais adorer le sucre. Et puis j’ai modifié mon alimentation (un peu d’IG bas, un peu d’équilibre acido-basique et beaucoup de gourmandise) et finalement le sucre m’écœure rapidement et me donne faim très vite.

7/ J’aime voyager autant que j’aime être chez moi

8/ Je peux faire confiance à mon intuition et à mon ressenti corporel. Le corps est un bon indicateur pour savoir si là c’est oui ou non.

9/ Je suis plus à l’aise en petit comité qu’en groupe et le bruit, le brouhaha, me gêne.

10/ J’apprends à demander de l’aide et à exprimer concrètement ce dont j’ai besoin, à poser mes limites avec douceur.

IMG_0575.JPG

Un weekend au Paradis

Un weekend au Paradis

Le bonheur se trouve plus près qu’on ne le pense…

Quant au Paradis, ne cherchez plus, il se trouve à Saint-Amour.

A moins d’une heure de Lyon, il y a cette petite auberge, à la campagne, en Bourgogne.

Il faut réserver à l’avance s’il on souhaite y dormir, il n’y a que quelques chambres. La déco est à la fois personnelle, sobre et chic, les détails sont soignés et bien pensés (comme la télé invisible).

Les bibliothèques font rêver, on a envie de s’y attarder, de prendre le temps de feuiller ces livres, tous plus beaux les uns que les autres.

Le cadre est enchanteur, et côté papilles nous avons également trouvé notre bonheur.

Le dîner était génial, la cuisine créative et pleine de saveurs subtiles, d’épices. Nous nous sommes laissés porter par la découverte du menu surprise en sept petits plats et nous nous sommes régalés.

Mais mon moment gustatif préféré c’était le petit déjeuner!

Je dois l’avouer, quand Cyril, le chef himself, nous a apporté un plateau garni de bonnes choses j’ai su que le P’tit dej’ ici n’avait rien à envier aux plus grands hôtels.

Et vraiment, c’était le meilleur petit déjeuner qu’il m’ait été donné de savourer. Des confitures insolites aux épices, un yaourt maison à la vanille, une jolie sélection de thés, du bon pain, des viennoiseries, du salé pour les amateurs, un service aux petits oignons.

Bref, l’Auberge du Paradis est un de mes endroits préférés, une adresse que l’on garde précieusement pour une occasion, ou simplement l’envie de s’offrir une ambiance « lune de miel » le temps d’un weekend!

Ps: si vous êtes dans le coin pour plusieurs jours, et que vous êtes gourmands, il y a Saint Amour un deuxième très bon restaurant, le 14 février.

Sinon, comme nous, cela vous donnera une bonne raison de revenir!

20160514_160859.jpg

20160515_063348
lever du soleil à Saint Amour

20160515_06352020160515_063720

 

20160514_15543520160514_160643

20160514_202225 (1).jpg

Se lever de bonheur

Se lever de bonheur

20160518_064119
Parc de la tête d’or

Depuis plusieurs mois je me lève tôt et… j’aime ça!

Les enfants dorment mieux, font des nuits complètes et peuvent se lever pour jouer doucement si nous dormons encore. On a beaucoup progressé!!!!

J’ai pris goût au début de journée, façon miracle morning (que j’ai découvert récemment)

Ma journée ne débute plus dans les pleurs (avec enfant affamé et couches à changer) mais dans le calme. Les enfants ont grandi, mais surtout, il y a ce truc qui a changé pour moi.

Je prends régulièrement un temps pour moi le matin.

Je marche au parc, je pratique une série de méditations. J’observe les écureuils, la nature qui change de jour en jour, j’hume les fleurs, je marche dans l’herbe humide et je souris.

Je reviens vers 7h30, je prends une douche rapide et me voilà prête et disponible pour ma journée.

Le matin est le seul moment où je peux m’accorder un moment, ensuite je travaille et le soir je m’occupe seule des enfants. Les journées sont bien remplies, et on court après le temps, je suis sûre que vous connaissez…

Finalement c’est génial de se donner du temps en premier, on commence par la base😉

Combien de fois j’ai fait passer les autres avant moi, leurs besoins avant les miens depuis que je suis maman? Combien de fois j’ai remis mon tour à plus tard et parfois le soir venu mon tour est perdu…

Pourtant c’est lorsque je m’offre ce dont j’ai besoin que je suis bien dans ma peau et donc mieux avec les autres.

Bien sûr il faut s’adapter quand on est parent. Mais avec deux enfants rapprochés, un job à plein temps et une entreprise, il est facile de s’oublier!

C’est en voyant des parents de famille nombreuse que j’ai compris. Je me demandais quel était leur secret pour réaliser des activités, faire du sport etc

C’est justement parce qu’ils sont bien dans leurs pompes, qu’ils prennent le temps pour nourrir leurs passions, qu’ils trouvent l’énergie pour gérer leur famille et projets!

Et vous, comment sont vos matins?

Bienvenue ici et maintenant!

Bienvenue ici et maintenant!

Après deux enfants rapprochés (4ans 1/2 et 3 ans), de longues années de nuits trop courtes et de matins qui piquent, il en aura fallu du temps pour me retrouver et apprendre à me lever de bonheur!

L’année qui vient de s’écouler a été riche en changements. Je n’ai pas beaucoup écrit mais j’ai beaucoup appris…

Comme l’envie de partager des morceaux colorés de mon quotidien avec vous est toujours là, alors ça se passe ici dès maintenant!

A bientôt!